Les travaux de démolition des vestiges de la Meunerie Côté-Paquette d'Ange-Gardien ont commencé en début de semaine.

Démolition de la Meunerie Côté-Paquette

Près d'un mois après le premier incendie qui a lourdement endommagé la Meunerie Côté-Paquette d'Ange-Gardien, la démolition des vestiges a débuté. Les pompiers ont réclamé l'exécution de ces travaux à la suite d'une autre intervention de leur service en début de semaine.
Un premier brasier d'origine criminelle a lourdement endommagé les installations de la meunerie située en bordure de la route 235, la nuit du 23 février. Un ex-employé, Sébastien Champigny, est accusé d'y avoir mis le feu.
Après l'extinction des flammes, les pompiers ont dû intervenir «presqu'à tous les jours» jusqu'au 4 mars, soit le jour du deuxième incendie, explique Étienne Chassé, coordonnateur à la prévention incendie à la MRC Rouville.
Les ruines fumaient toujours et le feu semblait toujours couver dans la moulée. Les pompiers ont été appelés à se rendre sur place à plusieurs occasions. 
Lors de la dernière intervention des pompiers, en début de semaine, ils ont décidé de faire démolir ce qu'il restait du vaste bâtiment et ainsi, mettre un frein à leurs interventions répétées.
«Ils ont entrepris des mesures pour que tout soit démoli», note Étienne Chassé.
La démolition a déjà commencé. Les travaux devraient s'échelonner sur une semaine, peut-être plus, indique Bernard Paquette, un des propriétaires de l'entreprise spécialisée dans la production de moulée pour les animaux.
M. Paquette a fait savoir que le projet de reconstruction est dans les cartons. Une demande de permis de construction a d'ailleurs été formulée à la municipalité, dit-il. Il doit maintenant fournir les plans du futur bâtiment qu'il souhaite ériger au même endroit.
Le propriétaire a fait savoir que les travaux débuteront dès que la municipalité aura donné son aval au projet.