Selon Nathalie Clermont, le déploiement du transport en commun dans les petites localités est une des pistes de solutions pour contrer la pénurie de main-d’œuvre.

Défis des PME d'ici: Nathalie Clermont en mode solutions

L’essor des PME de la région est freiné par de nombreux obstacles au quotidien, affirme la candidate conservatrice dans Shefford, Nathalie Clermont. Notamment sur le plan administratif. Si elle est élue, l’entrepreneure ferait de ce dossier une de ses priorités.

« Au cours des dernières années, c’est devenu de plus en plus coûteux d’exploiter une entreprise. Toutes les hausses d’impôts du gouvernement Trudeau n’ont pas aidé. Concrètement, il en reste moins pour donner les services, acheter des équipements et pour les salaires des employés. Ça finit par avoir un impact direct sur tout le monde », a indiqué Nathalie Clermont, dentiste propriétaire d’un cabinet à Bromont.

À ce chapitre, elle a notamment évoqué comme piste de solution le fait de « ramener le fractionnement des revenus [entre conjoints] ».

Un des aspects qui pose également problème, selon la candidate conservatrice, est le dédoublement de documents administratifs entre Ottawa et Québec, a-t-elle renchéri. « Comme entrepreneur, au niveau de la paperasse, on a des documents à remplir en double, voire en triple. Ça demande beaucoup de gestion pour un même résultat. Il y a un ménage à faire là-dedans. » 

Pour remédier à cette situation, Mme Clermont préconise la prise en charge de suivis administratifs par le fédéral uniquement. Appelée à préciser les répercussions de telles mesures, notamment sur d’éventuelles suppressions d’emplois chez les fonctionnaires provinciaux, la candidate dans Shefford s’est voulue rassurante. 

« On ne veut pas supprimer d’emplois par la simplification de la paperasserie. »

AbonnezvousBarometre

Exode, transport et fusions

La pénurie de main-d’œuvre n’épargne aucune région à travers le Québec. Selon Mme Clermont, une façon d’améliorer les choses est de contrer l’exode des jeunes des régions vers les « grands centres ». « Les PME peinent à fonctionner à leur plein potentiel par manque de main-d’œuvre. Ça provoque des pertes financières énormes. On doit trouver des solutions. »

Une façon d’y parvenir est de « faciliter le transport en commun » dans les municipalités en région, a-t-elle avancé, entre autres en partageant les coûts.

En ce sens, Nathalie Clermont se dit également en faveur de fusions de municipalités dans la circonscription. « Le manque de main-d’œuvre dans les municipalités peut même faire en sorte qu’elles ne respectent pas les délais pour obtenir des subventions, a-t-elle cité en exemple. Plus on regroupe nos ressources, plus on pourra atteindre nos objectifs. »