Les Bleuets étaient les fiers représentants du Lac-Saint-Jean, au Défi ski Leucan, à Bromont samedi.

Défi ski Leucan: des émojis dévalent les pistes

Les skieurs et planchistes portant les dossards blancs et la coccinelle de Leucan étaient sur les pistes, samedi, pour une treizième édition du Défi ski Leucan de Bromont.

Pendant dix heures, plus de 500 skieurs et planchistes ont profité des installations après avoir amassé des fonds pour aider les enfants atteints du cancer et leur famille. 

Le thème choisi pour l’événement de Bromont était tout ce qu’il y a de plus jeune : les émojis. Quelques équipes se sont prêtées au jeu et se sont affichées aux couleurs des émojis les plus populaires. C’était le cas des Bleuets, venus du Lac-Saint-Jean pour l’occasion.

Trois des quatre amis ont opté pour le bonhomme jaune qui rit aux larmes, qui fait une grimace ou qui porte des lunettes de nerd. Ils étaient accompagnés d’Alexandre Larouche, déguisé en... crotte. « On fait le Défi ski chaque année, c’est notre troisième, et on change de montagne à chaque fois, dit-il. On suit tout le temps le thème à fond. L’année passée à Shawinigan, c’était Pâques. On donnait des chocolats en étant déguisés en lapins. Là, notre équipe donne des ballons aux enfants aujourd’hui. »

Non seulement le Défi ski est une occasion d’épauler Leucan dans sa mission d’aider les enfants malades et leur famille, mais l’événement est aussi le bon moment pour découvrir d’autres stations de ski et de passer du temps entre amis. 

Ensemble, les membres de l’équipe des Bleuets ont amassé près de 1600 $.

En famille

Martin Demers et Isabelle Drouin ont choisi de participer au défi en famille. M. Demers est un habitué de l’événement-bénéfice pour y avoir participé avec ses employés du Groupe AllaireGince Infrastructures dans le cadre du volet corporatif du défi. Depuis 2018, il y va plutôt avec sa conjointe et leurs enfants, dans le volet participatif. 

« Je trouve que c’est une cause importante, souligne M. Demers. Pour moi, ça n’a pas de sens qu’un enfant puisse être malade. »

« C’est un bel événement pour aider les enfants qui ont le cancer », ajoute la fille de Mme Drouin et M. Demers, Charlotte, qui comme son frère Émile, « aime ça encourager ces enfants-là ».

La famille a réussi à amasser environ 1400 $.

Quelques équipes se sont prêtés au jeu de la thématique des émojis.

Porte-parole dévoués

Médérik Blais, qui aura 15 ans cette semaine, et Cindy Ouellet, athlète paralympique en ski de fond et basketball — Médérik et Cindy sont les deux porte-parole de l’événement ­— ont tous deux eu le cancer pédiatrique.

En 2008, le jeune Médérik a reçu un diagnostic de leucémie aigüe lymphoblastique. Il a accepté d’être l’enfant porte-parole pour la région « parce que j’aime ça faire du ski et, en même temps, ça permet de parler de Leucan. Ils ont aidé mes parents et m’ont aidé moralement. »

« Ça a eu plein d’impact, poursuit sa mère, Fanny Gervais. Médérik était petit... Ils nous ont aidés financièrement et nous ont donné un support moral. Ils ont tout le temps été là. »

Pour Cindy Ouellet aussi, Leucan a eu un impact majeur. « J’ai eu un cancer et on a eu à faire avec Leucan, j’avais 12 ans. C’est l’organisme qui nous a [soutenus] de la façon la plus importante. Pour moi, c’est important de redonner et je suis prête à faire partie de la famille Leucan cette année. »

En plus de sa présence à Bromont samedi, la jeune athlète de Québec sera à Stoneham le 30 mars pour un autre Défi ski. Elle souhaite s’impliquer tout au long de l’année durant divers événements. 

Son cancer des os, diagnostiqué il y a 17 ans, a atteint le côté gauche de son corps, si bien qu’elle se déplace aujourd’hui en fauteuil roulant ou en béquilles. « Le sport paralympique m’a sauvée à travers tout ça », croit-elle.

Le jeune Médérik Blais, qui fêtera ses 15 ans cette semaine, était l’enfant porte-parole de ce 18e Défi ski Leucan à Bromont.

LE CAP DES 200 000$ DÉPASSÉ

L’objectif de 200 000 $ du Défi ski Leucan de Bromont, qui se déroulait samedi, a été dépassé. Un montant de 215 000 $ permettra ainsi à Leucan Estrie de poursuivre sa mission d’aider les enfants atteints de cancer et leur famille.

Un total de 455 personnes ont pris part au treizième Défi ski Leucan de Bromont. Trois autres montagnes au Québec tenaient le même événement en simultané. 

« On est super contents, commente Mireille Hébert, de Leucan Estrie. Bien fatigués, mais contents. Ce n’est pas une année record, on a déjà eu 238 000 $, mais ça faisait longtemps qu’on n’avait pas dépassé 200 000 $. C’était une année record pour les équipes corporatives. On a eu 21 équipes inscrites cette année. »

Une fois de plus, des activités de renforcement d’équipe étaient proposées aux équipes corporatives. Des défis étaient répartis un peu partout sur le domaine skiable, autour du thème des émojis. Un casse-tête d’émoji devait être réalisé le plus rapidement possible, un jeu de « Qui est-ce ? » grandeur nature était présenté, et un jeu de construction, par exemple.

« C’est la troisième année qu’on propose un volet corporatif. La première année, un spécialiste en consolidation d’équipe [partageait ses connaissances]. » Depuis deux ans, l’esprit d’équipe a été mis à contribution à travers des défis loufoques que doivent réaliser les skieurs et planchistes. « Les équipes rient vraiment. On est la seule montagne à offrir ce volet-là. »

Les équipes corporatives peuvent être formées de 4 à 8 membres et doivent amasser un minimum de 1500 $, en plus de réaliser les défis. Les équipes participatives sont formées d’amis ou de familles avec un maximum de 4 membres. 

Des écoles se sont également mobilisées. « On a des équipes du Collège St-Louis, de Montréal, signale Mme Hébert. Ils étaient 88 et ils ont amassé plus de 15 000 $. Il y a aussi les Chevreuils qui étaient plusieurs. Ce sont des jeunes qui ont des chalets autour de la montagne. Ça fait déjà trois ans qu’ils sont là avec leurs panaches jaunes. »

La journée s’est déroulée sous le signe de la fête. Même les pistes glacées n’ont pas suffi à la gâcher.