La candidate à la mairie estime avoir été « peut-être trop progressiste » dans sa campagne, notamment en proposant une grande consultation publique. « Certains n’en voyaient peut-être pas l’importance », dit Chantal Gareau.

Défaite sereine pour Chantal Gareau

Candidate à la mairie de Roxton Pond, l’agricultrice et femme d’affaires Chantal Gareau accepte­ la défaite avec sérénité.

« La population ne se trompe jamais », soutient la copropriétaire du vignoble Côte des Limousins, « et elle s’est plus reconnue en Pierre Fontaine ». Elle qualifie le nouveau maire de « très bonne personne » qui saura faire la transition avec le précédent occupant de l’hôtel de ville, Raymond Loignon, en poste depuis 15 ans.

Mme Gareau estime avoir été « peut-être trop progressiste » dans son approche, notamment en proposant une grande consultation publique. « Certains n’en voyaient peut-être pas l’importance, dit-elle. Mais je voulais que la population sache exactement où je voulais aller. »

Comité de réflexion

Elle dit aussi avoir eu de la difficulté à « faire sortir le vote » et reconnaît que M. Fontaine est un homme très impliqué dans sa communauté, ce qui l’a avantagé. Elle n’exclut pas de mettre sur pied un comité de réflexion — et non d’opposition, tient-elle à préciser — qui se penchera sur le développement de Roxton Pond et soumettra le fruit de ses travaux­ au conseil municipal. 

« Il y a une réflexion à faire sur qu’est-ce qu’on veut développer », dit la femme de 55 ans, qui ne restera pas inactive. Elle veut agrandir le vignoble qu’elle gère en compagnie de son conjoint, l’ex-député de Shefford Bernard­ Brodeur, et siège toujours au conseil d’administration de Solidarité ethnique régionale de la Yamaska.

Elle ne compte pas se représenter en politique municipale. « Je n’ai pas d’intérêt, dit-elle. Je ne cherche pas le pouvoir, je cherche l’action ! »