Une nouvelle activité nocturne sera proposée durant l’été au parc national de la Yamaska.

Découvrir le parc national de la Yamaska au crépuscule

Le parc national de la Yamaska continue à miser sur les activités nocturnes. Après Nocturnia présentée l’hiver dernier, place à Noémia, qui permettra de vivre le parc et son plan d’eau, au crépuscule, sur une planche à pagaie éclairée par une lanterne.

« C’est une première à la Sépaq (Société des établissements de plein air du Québec). On a fait appel à notre imaginaire et on va essayer de s’imprégner de l’esprit des lieux », a fait valoir le responsable du service de la conservation et de l’éducation au parc, Alain Mochon.

Les détails de cette nouvelle activité ont été annoncés cette semaine sur la page Facebook du parc national. Elle est prévue deux fois semaine, les mercredis et samedis, de 20 h à 22 h 30, de la fin juin au début septembre.

Selon Alain Mochon, c’est un tout nouveau type d’activité qui est proposé. Contrairement à certaines conférences parfois plus magistrales sur la faune ou la flore, Noémia (un clin d’oeil à Noé et son arche) fera davantage appel aux sens des participants.

Le vent a l’habitude de tomber au crépuscule, de sorte que le réservoir Choinière est habituellement très calme.

« C’est une autre ambiance, une autre atmosphère. On va aller au gré du courant le long des rives. On va se laisser imprégner des sonorités que le plan d’eau va transmettre, que ce soit les oiseaux ou encore les amphibiens », note le responsable du service de la conservation et de l’éducation.

Hors des sentiers battus

Selon lui, l’occasion sera aussi bonne pour aborder, au fil de la balade, différentes notions sur l’astronomie ou encore l’histoire du site, alors que le réservoir a été aménagé dans les années 1970 pour sécuriser l’approvisionnement en eau potable de la ville de Granby.

Alain Mochon souligne que c’est la première fois qu’une activité se déroulera sur l’eau une fois la nuit tombée. Il y a bien eu des sorties en rabaska au crépuscule par le passé, mais elles se terminaient avant la noirceur.

Chacune des planches à pagaie sera toutefois éclairée d’une lanterne, à la couleur changeante, qui plongera le petit groupe de participants dans une douce lumière.

La sortie sur l’eau sera suivie d’une causerie autour d’un feu de camp. L’équipement est fourni dans le coût de l’activité, précise M. Mochon.

Offerte en location durant la journée, la flotte de planches à pagaie du parc sera d’ailleurs revue à la hausse cette année, car ce nouveau sport nautique connaît une popularité grandissante.

Le parc national de la Yamaska a proposé une activité nocturne l’hiver dernier pour la première fois, alors qu’un guide interprète a animé une sortie dans l’un des sentiers du parc, à la lumière des lanternes. La réponse a été très bonne.

« On a vu qu’il y a une curiosité pour la nouveauté. On aime bien aussi sortir des sentiers battus qu’on avait l’habitude de fréquenter », dit Alain Mochon.

Ce dernier croit même que l’activité pourrait être reprise ailleurs dans le réseau de la Sépaq, qui compte près de 30 parcs aux quatre coins de la province.