Grâce à des pilotes comme Kahina Gagnon (à gauche), les élèves apprennent les sciences, les mathématiques, l’ingénierie et les métiers liés à l’aéronautique.

Décollage réussi à Massey-Vanier

Une cinquantaine d’inscriptions, un laboratoire bien équipé et des projets d’expansion. Le nouveau Programme de formation en aéronautique a démarré en force à l’école secondaire Massey-Vanier de Cowansville.

Depuis janvier, huit postes de simulation de vol et un avion PA-16 occupent un local adjacent à la bibliothèque, baptisé l’Aero Lab. Il sert aux cours offerts par l’organisme Aviation Connection, qui initie les élèves aux sciences, aux mathématiques, à l’ingénierie et aux métiers de l’aéronautique.

« C’est un programme très stimulant pour les jeunes, indique Catherine Tobenas, directrice générale d’Aviation Connection. On fait le lien entre la réalité et le virtuel. »

À raison de trois cours par semaine, le soir, les amateurs de vol apprennent le vocabulaire, la physique ainsi que les notions mécaniques liées à ce domaine. La formation est notamment offerte par Kahina Gagnon, pilote d’aéronef et instructrice de planeur.

D’abord destinée aux élèves de 3e, 4e et 5e secondaire, qu’ils soient du secteur francophone ou anglophone, elle est aussi offerte deux midis par semaine, et en version plus légère, aux élèves du 1er cycle. Elle accueillera aussi bientôt un atelier sur la fabrication d’avions téléguidés.

« Le programme est toujours en évolution », dit Mme Tobenas, et Massey-Vanier en est l’« incubateur ». Aviation Connection souhaite l’implanter dans d’autres écoles secondaires : Granby et Sherbrooke sont dans sa mire.

Accessibilité
La formation de 170 heures, répartie sur trois ans, est accessible à tous et gratuite. Il s’agit d’une activité parascolaire financée par plusieurs partenaires dont l’école secondaire, la Ville de Cowansville et la commission scolaire du Val-des-Cerfs.

« Les élèves ne deviendront pas des experts à construire des avions, mais ils vont réaliser les défis d’un expert en aviation et voir si ça les intéresse», avait dit le président fondateur d’Aviation Connection, Camil Dumont, à La Voix de l’Est en septembre dernier.

D’ici 2026, plus de 31 681 emplois seront à pourvoir en aérospatiale, selon le Comité sectoriel de la main-d’œuvre en aérospatiale du Québec.