Une trentaine de citoyens étaient présents à la séance du conseil pour manifester leur soutien à la Déclaration d’urgence climatique.

Déclaration d'urgence climatique: Saint-Joachim joint le mouvement

Après s’être montrés réticents, les élus de Saint-Joachim-de-Shefford ont finalement accepté de joindre le mouvement de la Déclaration d’urgence climatique (DUC). La municipalité imite ainsi près d’une dizaine de villes de la Haute-Yamaska et de Brome-Missisquoi qui ont déjà appuyé le mouvement.

Deux mois après que des citoyens aient interpelé le conseil de Saint-Joachim à ce sujet, la municipalité a accepté de signer la DUC et de s’engager à en faire davantage pour la protection de l’environnement et la lutte contre les changements climatiques.

La déclaration a été adoptée lors de la séance ordinaire du conseil municipal mardi soir, déclenchant les applaudissements d’une trentaine de citoyens qui s’étaient déplacés pour manifester leur appui pour la déclaration.

Urgence

En février dernier, quelques citoyens étaient venus interpeler les élus, soulignant l’importance d’appuyer ladite déclaration. Si le conseil n’avait pas procédé à un vote sur pour l’adopter, la conseillère Johanne Desabrais s’était toutefois montrée en faveur de l’idée.

«Pour moi, il s’agit d’être solidaire avec les autres municipalités et de participer au mouvement. Je ne pense pas que mes collègues du conseil soient en désaccord avec le principe, mais ils craignaient de trop s’engager», a expliqué Mme Desabrais avant la tenue du conseil.

«La seule raison pour laquelle nous n’avons pas accepté (en février), c’est que nous ne voulions pas nous engager de façon anodine, soutient le maire René Beauregard. Nous ne voulions pas nous engager et ne pas pouvoir rien faire par la suite alors nous nous engageons en respectant la capacité de payer des citoyens.»

Saint-Joachim-de-Shefford a toujours été proactive dans les dossiers environnementaux, estime le maire Beauregard.

«Nous avons été des précurseurs à bien des égards notamment dans la protection de nos zones humides ou dans notre règlementation de trois mètres pour les bandes riveraines. C’est une vision que nous avions déjà alors que nous n’avions alors pris aucun engagement.»

En signant la Déclaration d’urgence climatique, les élus de la municipalité reconnaissent l’urgence d’agir pour limiter l’impact des changements climatiques, s’engagent à agir localement et demandent aux gouvernements fédéral et provincial d’en faire davantage.

Le maire René Beauregard reconnaît toutefois que la municipalité n’a pas encore prévu de nouvel engagement concret en matière d’environnement.

Les municipalités de Waterloo, Granby, Sutton, Dunham, Cowansville et Bromont ont notamment déjà signé la DUC.