À la suite du départ soudain de son poupon de quatre mois le 4 décembre dernier, un couple de Bromont peut compter sur le soutien de collègues et d’amis. Le groupe a lancé une campagne de sociofinancement sur la plateforme GoFundMe question de leur venir en aide.
À la suite du départ soudain de son poupon de quatre mois le 4 décembre dernier, un couple de Bromont peut compter sur le soutien de collègues et d’amis. Le groupe a lancé une campagne de sociofinancement sur la plateforme GoFundMe question de leur venir en aide.

Décès d'un poupon à Bromont: vague de générosité envers les parents

Isabelle Gaboriault
Isabelle Gaboriault
Rédactrice en chef de La Voix de l'Est
Choqués et impuissants devant la mort soudaine du poupon d’un jeune couple de Bromont, collègues et amis ont décidé de lancer une campagne GoFundMe en guise de soutien. En 24 heures seulement, l’objectif fixé à 12 000 $ était quasiment atteint.

« Comme parents, il est impossible pour eux de se virer de bord rapidement pour retourner travailler, indique Jean-Christophe Leclair, qui s’est fait porte-parole du groupe derrière la campagne de sociofinancement. Cet argent va leur permettre de prendre leur temps sans se soucier de l’aspect financier des prochaines semaines, voire des prochains mois. »

Rappelons que le Service de police de Bromont a été appelé à intervenir pour le décès d’un bébé de quatre mois le mercredi 4 décembre dernier, à Bromont.

À LIRE AUSSI : Décès d'un poupon à Bromont: aucun élément criminel en cause

Malgré les manœuvres de réanimation des services ambulanciers, le décès du nourrisson a été constaté lors de son transport vers l’hôpital. La police de Bromont a d’ailleurs publié un communiqué, tôt mardi matin, pour confirmer qu’aucun élément criminel n’était en cause dans cette triste histoire.

Tissés serré

« On était sans mots, raconte l’ami du couple qui est aussi pompier à Bromont. On cherchait une façon d’aider. On a laissé retomber la poussière, on leur a laissé du temps, et on leur a parlé de notre idée. Tout a été fait en accord avec eux. »

Dans le petit texte qui explique les motivations de la campagne « Pour les proches de Charlie » sur la plateforme GoFundMe, on y apprend que dans le cas du décès d’un poupon, le Régime québécois d’assurance parentale cesse les prestations une semaine après le départ de l’enfant. « Si on peut décrocher du boulot en une semaine, ce n’est clairement pas assez long pour se hisser hors du trou où vous projette le départ sans retour de votre bébé », écrit le groupe.

« Une semaine, c’est demain (le mercredi 11 décembre), a fait remarquer M. Leclair en entrevue. Et à quatre mois, souvent les parents n’ont pas encore eu le temps de lui prendre (à l’enfant) une assurance-vie. On est donc là pour les aider. On veut vraiment qu’ils vivent leur deuil sans soucis. »

Permettre aux parents de « reprendre pied à un rythme décent » tout en continuant de s’occuper de son autre enfant en bas âge, tel est le but du groupe d’âmes généreuses.

« Ils sont super bien entourés, a tenu à préciser Jean-Christophe Leclair. Les familles sont très présentes et nous aussi, on est là. On est vraiment, vraiment une belle gang. On se serre les coudes et quand quelqu’un a besoin, on s’entraide. »