Le carfentanyl a contribué au décès du Cowansvillois Austin Rutledge, en septembre dernier, conclut le coroner Gilles Sainton.

Décès d’un Cowansvillois : le carfentanyl en cause

Le carfentanyl a fait une première victime en Estrie. Le coroner chargé de faire la lumière sur le décès du Cowansvillois Austin Rutledge confirme que cette drogue, combinée à d’autres substances, s’est avérée fatale pour l’homme âgé de 25 ans.

« Le décès de M. Rutledge fait suite à l’association de plusieurs drogues ; l’alprazolam, du carfentanyl, de l’amphétamine, de la méthamphétamine et du cannabis », conclut le coroner Gilles Sainton, dont le rapport d’investigation a été rendu public vendredi.

La jeune victime avait été découverte inanimée dans son appartement par des policiers de la Sûreté du Québec après que son employeur se soit inquiété de ne pas le voir au travail, le 23 septembre dernier. Le jeune homme avait été transporté à l’hôpital où son décès avait été confirmé.

Des soupçons avaient rapidement plané quant au rôle qu’aurait pu jouer le fentanyl dans son décès, avait appris La Voix de l’Est en janvier dernier.

Les policiers avaient découvert dans le logement du jeune homme différents articles utilisés par les consommateurs de cannabis et deux sachets qui contenaient possiblement de la drogue. La SQ a ouvert une enquête. D’après les analyses toxicologiques d’un sachet, le carfentanyl était mélangé à de la méthamphétamine.

Ultra puissant
Des analyses ont aussi décelé la présence de plusieurs drogues dans l’organisme d’Austin Rutledge, dont du THC, de l’amphétamine, de la méthamphétamine, du norcarfentanyl, du carfentanyl et l’alprazolam.

Le carfentanyl est un opioïde synthétique « ultra puissant », explique le coroner. « Il est 100 fois plus puissant que le fentanyl et est 10 000 fois plus puissant que la morphine. Ce produit n’est utilisé qu’en médecine vétérinaire pour l’analgésie des gros animaux tels que les éléphants, les bisons ou les rhinocéros », écrit le docteur Sainton.

Cette drogue est si puissante qu’une dose de la taille d’un grain de sel est mortelle pour les humains.

« Comme tous les narcotiques, un surdosage de carfentanyl peut provoquer une dépression respiratoire puis un arrêt respiratoire puis cardiaque », explique le coroner.

Du carfentanyl a été découvert dans l’organisme du jeune homme, mais compte tenu des concentrations obtenues et du peu d’informations pharmacologiques disponibles de ce produit chez l’humain, il n’est pas possible d’en déterminer le rôle exact dans le décès, précise le coroner, en ajoutant que l’association de plusieurs drogues, dont le carfentanyl, a coûté la vie au jeune homme.

Mort accidentelle
La victime était un consommateur de drogues. Il avait récemment participé à une thérapie en lien avec sa toxicomanie, mais il vivait une rechute. Rien ne permet de croire, écrit le coroner, que la victime se soit intoxiquée dans un but suicidaire. Il s’agit donc d’un décès accidentel.

La direction du CIUSSS de l’Estrie a fait savoir vendredi qu’elle prendra connaissance du rapport du coroner avant de réagir aux conclusions.

La Santé publique de l’Estrie avait rapporté en janvier dernier qu’il y avait eu des cas récents d’intoxication au fentanyl obtenu par ordonnance qui ont nécessité une hospitalisation. Tout porte à croire que le Cowansvillois est la première victime du carfentanyl en Estrie.

Rappelons que la première saisie de carfentanyl au Québec a été réalisée il y a plus d’un an à l’Aéroport international Montréal-Mirabel. Deux colis devaient être acheminés à deux adresses résidentielles différentes de la Montérégie par un service de messagerie privée, selon ce qu’avait rapporté La Presse.