Le Dr William Barakett est décédé mardi, au terme d’un combat contre le cancer.

Décès du Dr Barakett: «On perd un héros de la médecine»

À peine quelques mois après avoir accroché définitivement son stéthoscope après plus de 40 ans de carrière, le Dr William Barakett s’est éteint mardi. Le départ impromptu de ce « grand homme », un des bâtisseurs du réseau de la santé dans la région ayant pratiqué à Lac-Brome, puis à l’hôpital Brome-Missisquoi-Perkins (BMP), a engendré une vague de sympathie.

« Dans la vie, on rencontre quelques personnes d’exception. Dr Barakett en fait partie. Un homme extraordinaire, un médecin exceptionnel et très engagé. Définitivement, la communauté perd un pilier », a confié la directrice générale de la Fondation BMP, Lola Landes.

À la suite du décès du Dr Barakett, au terme d’un combat contre le cancer, les commentaires se sont rapidement succédé sur les réseaux sociaux. « Si nous avions une promenade des célébrités à Knowlton, Bill pourrait être la première étoile », a écrit sur Facebook James A. Wilkins. « Dr Barakett n’était définitivement pas qu’un médecin, il était également un ami pour plusieurs d’entre nous », a indiqué Geri Burcombe. 

« Un homme véritablement dévoué et regretté par plusieurs personnes », a pour sa part souligné Louise Payette. « Nous avons perdu quelqu’un de vraiment spécial », a fait valoir Sheila Rumsby.

Legs

Il suffit de passer en revue le parcours du médecin de famille, spécialisé dans le traitement de la douleur et de la toxicomanie, pour prendre la mesure du travail « colossal » accompli au cours de sa florissante carrière, s’échelonnant sur 46 ans. Membre fondateur de la Fondation BMP, il a été chef du département de médecine générale pendant 20 ans à l’hôpital de Cowansville. Il a également assuré la présidence du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) durant deux ans, ainsi que celle de l’Association des médecins omnipraticiens de la Yamaska (AMOY) pendant deux décennies. 

Son expertise dans le traitement des dépendances l’a amené à devenir conférencier. Au fil des ans, il a grandement contribué à sensibiliser ses collègues, entre autres à propos de la mauvaise utilisation des opioïdes et des options pour atténuer la douleur chez les patients, comme le recours au cannabis médicinal. De plus, le spécialiste a participé à environ 300 études dans son domaine.

Le directeur adjoint des services professionnels au CIUSSS de l’Estrie, Dr Michel Camirand, n’a que des éloges pour son collègue. « Le Dr Barakett lègue des valeurs fortes. La médecine était pour lui quelque chose de global, qui était intimement lié à un grand engagement social. [...] C’était quelqu’un de très entier, de très humain. Il prenait grand soin de tous ses patients. »

Dr Camirand a également salué l’apport du Dr Barakett en tant que membre fondateur du programme d’aide aux médecins. « Plusieurs collègues vivent de la détresse. Pour lui, c’était inconcevable de ne pas leur offrir le soutien nécessaire. »

« Avec le décès du Dr Barakett, on perd un héros de la médecine, a imagé le Dr Camirand. Quelqu’un qui croyait en un idéal, sans compter les heures et en mettant sa propre santé de côté. C’est une immense perte pour la communauté médicale. »

Philanthropie

Dr Barakett a également contribué à enraciner une culture philanthropique dans la région. À ce chapitre, il a été à la tête d’une vaste collecte de fonds en 2006 pour ériger un centre communautaire à Lac-Brome. La démarche a permis d’amasser près de deux millions de dollars, soit la moitié du budget du projet. C’était aussi son idée d’inclure dans l’immeuble la clinique, où il a pratiqué, ainsi qu’un point de service du CLSC. 

« Bill a fait de grandes choses pour Lac-Brome. Sans sa grande implication, on n’aurait certainement pas de centre médical ici. C’était un pilier. C’est une grosse perte pour nous », a confié le maire de Lac-Brome, Richard Burcombe.

Le Dr Barakett a également présidé la Fondation Butters, pour laquelle il a contribué à recueillir d’importantes sommes pour fournir des services et des logements pour des personnes handicapées mentales dans la région. En mai dernier, on a décerné au Dr Barakett le prix George Bristol, qui a pour but « de promouvoir, de développer et de reconnaître l’engagement d’hommes et de femmes pour le bien-être de la communauté de la Fondation BMP et de l’Hôpital BMP ».