Claude Duhamel a siégé au conseil municipal de Granby de 1977 à 2005.

Décès de l'ex-conseiller municipal de Granby, Claude Duhamel

L’ex-conseiller municipal de Granby Claude Duhamel est mort le 3 juin à l’hôpital de Granby. L’homme de 87 ans a représenté pendant 28 ans les citoyens du quartier 6. Défenseur des petits propriétaires pour certains, empêcheur de tourner en rond pour d’autres, d’anciens élus ont salué ses années au service à la communauté.

M. Duhamel a été élu conseiller en 1977. Il a été reconduit dans son poste sans arrêt lors des six élections municipales suivantes avant de prendre sa retraite politique en 2005. « Il était le gardien d’une administration vigoureuse de l’argent des citoyens », soutient Michel Duchesneau, maire de Granby de 1993 à 2000.

Les deux hommes partageaient une philosophie de gestion semblable des deniers des citoyens. Tout comme M. Duchesneau, M. Duhamel tenait à ce que chaque dépense soit justifiée, se rappelle l’ancien maire.

« Quand on discutait d’investissement, pour acheter ou agrandir un bâtiment municipal, par exemple, il avait une expression consacrée : “C’est le fun de mettre des bébés au monde, mais avant de le faire, il faut s’assurer qu’on est capables de les faire vivre”. Il nous amenait à nous poser les bonnes questions avant de prendre une décision. »

M. Duhamel s’est avéré un « allié indéfectible » dans la croisade de M. Duchesneau pour réduire la dette de la municipalité, souligne ce dernier. Le conseiller n’était pas fortuné et comprenait l’importance de ne pas trop imposer les contribuables avec des impôts fonciers, a-t-il expliqué en substance.

Denis Langlois se souvient également d’un politicien conscient des préoccupations financières de ses commettants.

« Il avait une grande connexion avec les citoyens de son quartier. Il était le véritable représentant des payeurs de taxes. Et il était insensible aux pressions des autres élus, des fonctionnaires, des groupes de citoyens. Là-dessus, il était imperturbable », assure l’ancien conseiller (1993-2000 et 2001-2005) qui a également siégé comme maire en 2000 à la suite du départ de M. Duchesneau avant la fin de son mandat.

L’esprit critique de M. Duhamel forçait les autres membres du conseil à se rappeler leur rôle et responsabilités, dit M. Langlois.

« Sa présence était salutaire. Quand on lévitait trop avec certains projets, il était là pour nous ramener sur terre. Sa présence était une valeur inestimable au sein du conseil. Tous les conseils municipaux devraient avoir un Claude Duhamel. »

Sa philosophie de frugalité n’était pas partagée par tous les élus qu’il a côtoyés au fil de sa carrière de 28 ans. Mario Girard, maire de 1985 à 1993, s’y est souvent buté.

« C’était un non-dépensier, ça, c’est certain. Il défendait les petits propriétaires, craignait qu’on augmente les taxes, qu’on fasse des dépenses superflues. C’était toujours son argument », soutient-il.

Le style préconisé par M. Duhamel a créé une « force d’inertie sur le plan des décisions », se désole M. Girard. « C’était parfois difficile d’avancer, de prendre des décisions parce que M. Duhamel s’opposait souvent », dit-il.

Action de freinage

L’esprit critique est nécessaire en politique, reconnaît M. Girard. Cela dit, M. Duhamel affichait fréquemment un entêtement dès qu’il était question que la Ville investisse plus d’argent pour améliorer ses services aux citoyens, dit-il. « C’était son rôle, comme celui de tous les élus, d’être critique. Mais il poussait ça loin et ça occasionnait une action de freinage. »

Malgré leurs divergences d’opinions, l’ancien maire garde de bons souvenirs de M. Duhamel. « Les gens de son quartier avaient une sympathie naturelle pour lui. Ils l’ont élu et réélu cinq fois. Il les a bien représentés », a dit M. Girard.

M. Duhamel a travaillé de nombreuses années à l’usine de textile Montrose Worsted à Granby, où il était ouvrier. Il a également été commissaire à la commission scolaire de Granby.

M. Duhamel repose au salon funéraire Girardot et Ménard à Granby. Sa famille accueillera ses proches et ses amis samedi, de 9 h à 11 h 45, pour recevoir leurs condoléances. Une célébration aura lieu à 12 h dans la chapelle du complexe de la rue Dufferin.

La famille suggère de faire des dons à la Fondation des maladies du coeur et de l’AVC.