Jean-Marc Lavigueur est récemment décédé à la suite d’un cancer. Son apport dans le milieu social, culturel et sportif a laissé une marque indélébile dans la région.
Jean-Marc Lavigueur est récemment décédé à la suite d’un cancer. Son apport dans le milieu social, culturel et sportif a laissé une marque indélébile dans la région.

Décès de Jean-Marc Lavigueur: «Il avait la région tatouée sur le cœur»

Roxanne Caron
Roxanne Caron
La Voix de l'Est
La région d’Acton Vale a perdu un grand homme. Pharmacien propriétaire pendant 35 ans, Jean-Marc Lavigueur est récemment décédé à la suite d’un cancer. Son apport dans le milieu social, culturel et sportif a laissé une marque indélébile dans la région.

« C’était une personne posée et réfléchie, au grand cœur. C’était bon de le côtoyer », témoigne Stéphane Chagnon, président du Tournoi midget d’Acton Vale, qui jouait au hockey avec son fils Mathieu.

Propriétaire de la pharmacie Uniprix d’Acton Vale jusqu’au milieu des années 2000, M. Lavigueur a longtemps été un commanditaire important du tournoi.

« Même après la vente de son commerce, il continuait à s’impliquer. Il a été président d’honneur du tournoi et il était présent régulièrement, malgré le fait qu’il n’était plus en affaires », se rappelle M. Chagnon.

Mais son implication dans le monde sportif ne s’est pas arrêtée là. L’homme a contribué au Fonds d’athlète de la MRC d’Acton, en plus de siéger sur le comité. De surcroît, la Fondation santé Daigneault Gauthier a pu compter sur son aide, afin que les jeunes puissent s’entraîner gratuitement au parc Donald Martin. Une plaque en son honneur y est d’ailleurs installée.

Âgé de 29 ans à l’époque, M. Lavigueur débarque dans la région avec sa famille à titre de nouveau propriétaire de sa pharmacie qui aura pignon sur rue pendant plus de 20 ans à Acton Vale.

En 2003, il délaisse son local de la rue Dubois, pour faire construire une toute nouvelle succursale, toujours située dans la rue de Roxton aujourd’hui. À travers les années, il en a acquis une autre autre, cette fois à Drummondville.

la Fondation santé Daigneault Gauthier a pu compter sur son aide, afin que les jeunes puissent s’entraîner gratuitement au parc Donald Martin. Une plaque en son honneur y est d’ailleurs installée.

Amour de la culture

M. Lavigueur avait un amour indéniable pour la culture. Sa femme Marie Villeneuve étant elle-même auteure, le couple a tenu pendant des années le camp théâtral Masqu’ARCAD à même leur demeure de Saint-Théodore-d’Acton.

« Les bâtiments se sont transformés en salle de jeu où les jeunes suivaient des formations avec des professionnels en théâtre. La piscine familiale servait pour les gens qui étaient en vacances là », se souvient avec bonheur Richard Blackburn, directeur général et artistique au Théâtre de la Dame de Cœur.

« On a travaillé ensemble sur le plan culturel dans la région. Cette complicité n’a jamais arrêté de se développer et c’est devenu une amitié importante », dit-il.

À un tel point que le pharmacien de profession a siégé sur le conseil d’administration du Théâtre de la Dame de Cœur pendant quelques années et s’est impliqué, plus récemment, auprès de la fondation du théâtre avec sa femme.

Il y a 40 ans, M. Lavigueur avait aussi accepté de soutenir le Théâtre de la Dame de Cœur lors de son implantation dans la région d’Upton.

« À cette époque, nous étions jeunes et on était comme des extraterrestres qui débarquent dans la région. On avait besoin de soutien, de gens qui parlent pour nous et qui prennent des risques financiers pour nous », affirme M. Blackburn.

Malgré le fait que M. Lavigueur ait quitté la région au cours des dernières années pour s’installer à L’Île-des-Sœurs, il est toujours revenu dans son patelin pour garder contact avec le milieu.

« Il avait la région tatouée sur le cœur », dit M. Blackburn.

Relais pour la vie

Celui que l’on décrit comme un « leader inné », s’est impliqué pendant trois ans auprès du Relais pour la vie de la MRC d’Acton à titre de président d’honneur.

« Ça a toujours été un homme d’une grande aide. On n’avait jamais vu ça un président d’honneur qui allait nous chercher autant d’argent avec ses contacts. Il était tellement impliqué dans la région que ça facilitait les choses », rapporte Keven Brasseur, animateur du Relais et membre du comité.

« C’est un homme d’une grande importance dans la MRC. On lui doit beaucoup » laisse tomber M. Blackburn.