La coupe d’une dizaine d’arbres matures du parc Mitch-Bédard est nécessaire pour que les travaux de stabilisation de la digue puissent aller de l’avant.
La coupe d’une dizaine d’arbres matures du parc Mitch-Bédard est nécessaire pour que les travaux de stabilisation de la digue puissent aller de l’avant.

Début des travaux pour sécuriser la digue Mitch-Bédard

Nicolas Bourcier
Nicolas Bourcier
La Voix de l'Est
D’importants travaux s’amorcent le vendredi 21 août au parc Mitch-Bédard à Cowansville, afin que la digue qui le sépare du lac Davignon soit conforme aux nouvelles exigences du gouvernement. La coupe d’une dizaine d’arbres matures est nécessaire à la réalisation du projet.

La digue Mitch-Bédard, construite en 1967 entre le lac Davignon et la rue Principale, doit subir des modifications afin de se conformer à la Loi sur la sécurité des barrages.

Les normes provinciales ont été rehaussées suite aux multiples inondations qui ont frappé la province dans les dernières années, incitant le gouvernement à encadrer plus rigoureusement la gestion des zones inondables.

Le chantier prévoit la construction d’un muret stabilisant ainsi que d’une bordure et devrait durer deux à trois semaines, selon les conditions météorologiques. Les automobilistes seront invités à emprunter le détour via la rue James et le boulevard Désourdy, à l’intersection de la rue Principale.

Le contrat a été octroyé par appel d’offres à l’entreprise cowansvilloise Coffrage Dunasso 2001 pour 86 000$.

Coupe d’une dizaine d’arbres

Une dizaine d’arbres matures devront être abattus lors de la première phase de travaux afin «d’assurer l’intégrité de la digue, la sécurité des travailleurs et de faciliter les inspections futures», indique la porte-parole de la Ville par voie de communiquée, Fanny Poisson.

«Devoir couper les arbres matures n’a pas été une décision facile et on le fait à contrecoeur. Nous avons évidemment tenté de trouver différentes alternatives, mais on arrive toujours à la même conclusion pour assurer la sécurité du site et des travailleurs, des citoyens et respecter les nouvelles exigences», affirme la mairesse, Sylvie Beauregard.

Elle assure que «redonner au site son cachet» sera une priorité une fois les travaux complétés.