La région a accueilli environ tout près de 4000 nouveaux résidants au cours de la dernière année.

De plus en plus de monde dans la région

La région a accueilli environ tout près de 4000 nouveaux résidants au cours de la dernière année. C’est ce que semble démontrer le plus récent décret de population, publié dans la Gazette officielle du Québec du 27 décembre dernier.

Seules cinq des 49 municipalités situées sur le territoire desservi par La Voix de l’Est ont vu leur population demeurer stable ou diminuer. Cela signifie que bon nombre des nouveaux arrivants proviennent de l’extérieur.

Dans la Haute-Yamaska, la démographie de la ville-centre, Granby, n’a cru que de 1,7 %, soit proportionnellement autant qu’à Sainte-Cécile-de-Milton, qui est cependant 32,5 fois moins populeuse. Waterloo, Roxton Pond et Saint-Alphonse-de-Granby affichent quant à elles des taux de croissance supérieurs à celui de Granby. 

Il importe toutefois de nuancer que, comme leurs populations sont plus petites, un plus petit nombre de nouveaux venus suffit à gonfler le pourcentage de manière plus importante, ce qui explique également pourquoi, avec seulement quatre citoyens de plus, Warden affiche un taux de croissance supérieur à celui de Shefford, qui a accueilli 50 nouveaux résidants.

Le maire de Granby Pascal Bonin étant en vacances, il n’a pas été possible d’obtenir ses commentaires. L’an dernier, celui-ci estimait que la hausse enregistrée au précédent décret, qui se chiffrait à 1,13 %, était inférieure à la réalité.

Cure de jouvence à Saint-Joachim

Dans la Haute-Yamaska, où la population a crû de 1,8 %, c’est Saint-Joachim-de-Shefford qui a enregistré la plus forte hausse avec 4,1 % de plus de nouveaux habitants. 

Une bonne nouvelle pour le maire René Beauregard, qui n’est pas surpris par les données, reflétant selon lui l’essor que connaît le village depuis quelques années.

« On le voit bien au niveau du dynamisme de la municipalité. On accueille beaucoup de jeunes couples et de jeunes familles. Pour nous, ça assure l’avenir de notre école », relève l’élu, qui caresse le rêve de voir naître une garderie ou un centre de la petite enfance dans son coin de pays.

Bientôt 10 000 citoyens à Bromont

Au cours de la dernière année, Brome-Missisquoi aura vu sa population croître de 2,8 %. Avec 4,6 % de nouveaux citoyens, Abercorn arrive en tête, suivie de près par Bromont, qui avec une population en croissance de 4,4 %, a doublé son pouvoir d’attraction comparativement à l’année passée.

« C’est une hausse un peu plus marquée que les précédentes. Pour nous, c’est une excellente nouvelle », commente Catherine Page, responsable des communications à Bromont.

Ce faisant, la municipalité se situe tout juste sous la barre des 9500 habitants. Comme le plan d’urbanisme de Bromont prévoit la construction de 3000 unités d’habitation supplémentaires dans un horizon de quinze ans, franchir le cap des 10 000 citoyens est réaliste à court terme, estime Mme Page. « Les émissions actuelles de permis nous laissent croire que c’est possible et que la Ville est toujours en croissance », indique la porte-parole.

En Haute-Yamaska, c’est Saint-Joachim-de-Shefford qui a enregistré la plus forte hausse démographique. Le maire René Beauregard estime que cela reflète l’essor que connaît le village.

« Troisième couronne de Montréal »

Farnham et Cowansville présentent respectivement des hausses de leur population de 3,7 % et 3,4 %.

« La MRC de Brome-Missisquoi est en train de devenir la troisième couronne de Montréal, illustre le maire de Farnham, Patrick Melchior, qui rêve de faire de Farnham un incontournable de l’agrotourisme. J’ai plein de projets pour garder nos citoyens et en attirer des nouveaux ! »

« Il y a eu beaucoup de développement résidentiel au cours des dernières années, de nouveaux immeubles à revenus et des nouveaux investissements », reconnaît pour sa part la mairesse de Cowansville, Sylvie Beauregard.

Celle-ci estime que la plupart des nouveaux résidants de sa municipalité proviennent des villes voisines ou de la Rive-Sud de Montréal.

Avec une population maintenant établie à 13 670 personnes, Cowansville est en voie d’atteindre le seuil des 15 000 habitants. Et la ville est prête, affirme fermement sa représentante. « Nos infrastructures actuelles sont capables de répondre aux besoins actuels et futurs de notre population », dénote Mme Beauregard.

Stabilité et baisse

Ailleurs dans la région, les hausses démographiques tournent autour de 1 %. Dans la portion de Rouville desservie par votre quotidien, c’est à Saint-Paul-d’Abbotsford que les gens ont été les plus nombreux à déménager leurs pénates.

Dans Brome-Missisquoi, seules Pike River et Saint-Ignace-de-Stanbridge ont perdu des citoyens. Bolton-Ouest a pour sa part terminé l’année avec le même nombre de citoyens que l’an dernier.

Dans la MRC d’Acton, Saint-Nazaire-d’Acton et Sainte-Christine ont de leur côté vu leur population diminuer de 1,3 % et de 1,6 %.