Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’anneau de patin sur le lac Boivin pourrait être de retour, si le plan d’eau est suffisamment gelé.
L’anneau de patin sur le lac Boivin pourrait être de retour, si le plan d’eau est suffisamment gelé.

De nouvelles options pour jouer dehors à Granby

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Les Granbyens auront plus que jamais l’embarras du choix pour jouer dehors cet hiver. Des buttes de glissade seront ajoutées dans trois nouveaux parcs et il sera aussi possible de patiner au centre-ville. Un sentier glacé et éclairé sera aménagé au parc Miner. À la condition que la météo s’y prête.

« On veut créer des environnements favorables pour que les gens puissent prendre l’air », a fait valoir en entrevue le directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de culture et de la vie communautaire, Patrice Faucher.

Selon lui, le patin au parc Miner est une nouveauté. Mais certains citoyens se souviendront peut-être d’une autre époque où cette activité était aussi offerte à cet endroit.

Si les conditions météo s’y prêtent, des sentiers glacés seront aménagés cet hiver au parc Miner, au centre-ville de Granby.

Outre les traditionnelles buttes de glissade des parcs Daniel-Johnson et Terry-Fox, des pentes seront modelées, avec l’apport de neige fabriquée, dans les parcs Poitevin, Fortin et Jean-Yves Phaneuf. Autre nouveauté: un sentier de marche illuminé, aux allures féériques, sera proposé sur la piste cyclable, à partir de la passerelle Miner vers le parc de la Tannerie.

Ces nouveautés, pour lesquelles un budget de 93 000 $ a été dégagé, principalement en services municipaux, s’inscrivent en fait dans le cadre de l’édition spéciale de La Grande dégelée. Au lieu de se dérouler sur deux samedis, l’événement hivernal se déroulera sur une plus longue période. Un blitz promotionnel est prévu en février, mais, si la météo le veut, les installations seront prêtes bien avant, affirme le coordonnateur à la vie communautaire à l’organisme Vie culturelle et communautaire de Granby, Jean-Olivier Grégoire Fillion.

Priorités

Le mot d’ordre reste néanmoins de réaliser en priorité les sites usuels — et attendus par les citoyens —, comme les sentiers glacés et les buttes de glissade du parc Daniel-Johnson, le parc à neige du parc Terry-Fox, de même que les patinoires de quartier. Les nouveaux sites s’ajouteront par la suite à l’offre d’activités hivernales, affirme le coordonnateur à la vie communautaire.

La cerise sur le gâteau : l’anneau de patin sur le lac Boivin pourrait aussi être de retour, si le plan d’eau est suffisamment gelé.

Le directeur des travaux publics, François Méthot-Borduas, précise pour sa part que cela prend au moins cinq jours consécutifs de temps froid (au moins -5 degrés Celcius) pour débuter les travaux d’aménagement.

Il est vrai que le mercure a fortement glissé sous le point de congélation au cours des derniers jours, mais le redoux annoncé cette fin de semaine a incité l’équipe des travaux publics à attendre une meilleure « fenêtre d’opportunité », dit M. Méthot-Borduas. « On est à l’affût, lance-t-il. L’idée, c’est de donner tout ça le plus vite possible à la population. »

Patinoires de quartiers

La Ville souhaite aussi offrir l’accès aux citoyens aux patinoires de quartier. Mais les règles sanitaires imposées par la pandémie changent le modus operandi. Afin d’éviter les rassemblements, il sera nécessaire de réserver son temps de glace (des périodes de 75 minutes) sur le site web de la Ville de Granby, à l’instar de ce qui est actuellement en vigueur pour le Centre sportif Léonard-Grondin. Un maximum de 15 personnes à la fois y sera permis.

Le hockey ne sera pas autorisé, sauf sur deux patinoires dédiées à cet effet, celles des écoles St-Luc et St-Jean. À la lumière des nouvelles consignes de la santé publique, huit joueurs pourront s’y affronter.

Il est prévu, dans un premier temps, d’aménager les patinoires des écoles et parcs Assomption, Forand, Jérémiah-Duhamel et Immaculée-Conception. Celles des écoles St-Luc, St-Jean et St-André suivront, explique Patrice Faucher.

Selon lui, ces ouvertures sont tributaires de l’embauche de surveillants, qui veilleront entre autres au respect des règles sanitaires. « Il y a un enjeu d’effectifs. On va ouvrir les installations selon le nombre de personnes qu’on va avoir recrutées. Mais notre intention, c’est de maximiser les installations », dit M. Faucher.

Une surveillance sera en fait réalisée sur l’ensemble des sites afin de s’assurer notamment que les gens conservent bien une distance physique entre eux.

« L’idée, c’est de multiplier les lieux d’activités pour éviter des trop grands rassemblements. Mais qu’ils soient petits ou grands, les rassemblements ne sont pas permis, rappelle Patrice Faucher. On demande aux gens de respecter les règles de santé publique. (...) Le choix qu’on fait, c’est de faire confiance à notre population et de lui offrir des lieux de pratique d’activités. »