Le projet de coop d’habitation La Passerelle chemine, assure le président du conseil d’administration, Michel Benoit.

De nouvelles étapes franchies pour la Coopérative d’habitation la Passerelle

L’offre de logements à coûts modiques à Granby est appelée à augmenter. Le projet de coopérative d’habitation La Passerelle­, lancé en 2014, a franchi de nouvelles étapes.

« Il y a tellement eu de délais », a reconnu le président du conseil d’administration de la coop, Michel Benoit.

Cette fois-ci, tout semble toutefois vouloir se mettre en place afin que le projet, dont les coûts totaux sont estimés à 6 millions de dollars, se concrétise. La moitié des 40 logements projetés serait destinée aux personnes âgées de 75 ans et plus, et l’autre, aux retraités selon des critères qui restent à définir. 

Point important : le C.A. de La Passerelle­ a finalement obtenu le feu vert de la Société d’habitation du Québec (SHQ) pour la réalisation du projet, accompagné d’une subvention de 2,4 millions de dollars et d’une garantie de prêt de 3 millions. 

Ce feu vert était attendu depuis longtemps par les administrateurs de la coopérative d’habitation, mais l’imposition d’un moratoire de 30 mois pour ce type de projet a étiré les délais. Résultat : la coopérative n’a pu compléter les procédures d’acquisition pour les terrains qu’elle a ciblés au fil des ans. Lorsque la SHQ a donné son aval en novembre 2016, la coop n’avait donc plus de terrain en vue. Mais ce détail a été réglé. La Passerelle a signé une promesse d’achat pour un terrain de la rue Robinson Sud, situé près des rues Sainte-Cécile et Saint-Charles Sud. 

La coop d’habitation pourrait donc voir le jour sur un terrain boisé, situé près de la rivière Yamaska et d’entreprises, mais elle offrirait néanmoins un « beau milieu de vie », alors qu’un « aménagement paysager extrêmement intéressant » est dans les cartons, dit Michel Benoit. 

Zonage

Le hic, c’est que le zonage du secteur ne permet pas, pour l’instant, les habitations multifamiliales. La Ville de Granby a ainsi entrepris des démarches pour modifier son schéma d’aménagement afin de retirer de l’affectation « parc industriel régional » certains terrains de cette zone.

Ce type de démarche peut toutefois être longue, souligne l’urbaniste senior et chargé de projets au développement du territoire à la Ville, Dominique Desmet. Non seulement la MRC de la Haute-Yamaska doit être accord, mais le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire aussi — et l’ensemble des ministères qui ont un droit de regard —, fait-il valoir. Cela devrait ainsi prendre quelques mois avant que l’ensemble de la procédure soit complété. 

Dans un monde idéal, les logements pourraient être prêts pour occupation à la fin de l’été ou à l’automne 2019, souligne Michel Benoit, à la présidence du C.A. depuis janvier 2017. 

Selon lui, tous les logements seront offerts à coûts modiques, c’est-à-dire qu’ils offriront un loyer en deçà du prix médian dans le secteur. Également, la moitié des logements sera subventionnée par la SHQ, ce qui permettra de réduire d’autant la liste d’attente de l’Office municipal d’habitation.

La Ville de Granby avait confirmé en 2014 sa participation, mais les modalités restaient à confirmer. « On lui a demandé de réactualiser le montant en fonction de l’inflation », glisse M. Benoit. Davantage d’informations seront partagées sur la coop de solidarité lorsque les démarches de modifications de zonage seront plus avancées, laisse-t-il savoir.