Le 6 avril dernier, Philippe Jobin n’a pas hésité une seconde à venir prêter main-forte à l’équipe de bénévoles avec son tracteur, en compagnie de son cousin Nicholas Cadieux. — Photo fournie

De nouveaux sentiers d'interprétation de la nature au Camp Garagona

Le Camp Garagona, à Frelighsburg, est un lieu à part. Les personnes vivant avec une déficience intellectuelle peuvent y déployer leur amour inconditionnel, si caractéristique, en toute sécurité. Et ils auront désormais l’occasion de profiter de nouveaux sentiers d’interprétation de la nature sillonnant les trois acres de boisés jouxtant le camp.

En plus d’être dotés de signaux d’interprétation de la nature, ces sentiers, ouverts à tous, seront un lieu de recueillement, d’activité physique et d’apprentissage sur plusieurs enjeux environnementaux, tels que les effets du réchauffement climatique, la migration de certains insectes et l’importance des milieux humides.

Le 6 avril dernier, le travail de revitalisation des sentiers a été enclenché par une dizaine de courageux bénévoles qui ont travaillé sous la pluie. En plus d’une nouvelle boucle qui sera accessible aux participants du camp, les autres bénéficieront d’une cure de jeunesse.

Trois autres demi-journées de travail bénévole seront nécessaires afin de terminer le travail, selon Audrée Filion, agente de projet et de communication à l’Association Garagona. Il s’agit principalement de couper la broussaille, d’ajouter du paillis et de construire des petits ponts dans les sentiers. La prochaine est prévue le 4 mai.

La Fondation TD des amis de l’environnement soutient financièrement ces travaux à hauteur de 5805 $.

Totalisant environ 2 kilomètres, les sentiers du camp seront prochainement connectés à ceux du village de Frelighsburg, la municipalité ayant également pour objectif de développer son réseau qui se rend actuellement jusqu’aux chutes Hunter.

Bénévoles recherchés

Les bénévoles sont indispensables à la poursuite des activités du Camp Garagona, qui s’inscrit dans une dynamique communautaire. Certains sont des inconditionnels de l’endroit, comme Philippe Jobin, pomiculteur et voisin du camp. 

« C’est toujours immensément inspirant de côtoyer l’équipe du camp, souligne ce dernier par voie de communiqué. À Garagona, les campeurs peuvent s’exprimer librement, vivre de nouvelles expériences, apprendre et profiter du séjour. Avec le travail de revitalisation, les sentiers deviendront pleinement accessibles à ceux qui sont en perte d’autonomie. »

« Nous sommes toujours à la recherche de bénévoles », insiste cependant Mme Filion, à l’autre bout du fil. Ceux-ci sont particulièrement généreux, ajoute-t-elle, car ils n’hésitent pas à apporter leur propre machinerie, comme M. Jobin avec son tracteur.

Garagona en fête le 9 juin

Le Camp est décidément en effervescence ces temps-ci. Le 9 juin prochain, l’événement Garagona en fête permettra aux gens de la région de faire connaissance avec le lieu, et ce, même si celui-ci existe depuis 50 ans cette année ! Il s’agira d’un événement familial avec, au menu, glissade d’eau au savon, chasse au trésor, piste d’hébertisme, table d’arts pour les enfants, présence d’un food truck et zumba de groupe ! Le tout pour 20 $.

Rappelons que sous forme d’activités de jour, de répits ou de vacances, le Camp Garagona offre un ensemble de services sociorécréatifs bilingues, de jour, de fin de semaine et de semaine. Situé à Frelighsburg, il s’adresse à des personnes pouvant provenir de toutes les régions du Québec.

La moitié des « campeurs » viennent d’ailleurs de Montréal. « Certains viennent de Québec, de Gatineau et même d’Ontario », constate Mme Filion, sans s’expliquer le phénomène.

Par ailleurs, le Camp Garagona est en période d’embauche en vue des camps d’été qui se rapprochent à grands pas. L’organisme est ainsi à la recherche de plusieurs moniteurs, de deux préposés à l’infirmerie et de deux animateurs aquatiques.