La chef de section à la bibliothèque Memphrémagog, Diane Boulé, est d'avis que la population de Magog est aujourd'hui «très fière» de l'endroit.

De lieu de culte à temple de la lecture

Transformer une imposante église en bibliothèque municipale, c'est possible. La ville de Magog en a fait la preuve. La métamorphose de l'église Sainte-Marguerite-Marie n'a toutefois pas fait l'unanimité au sein de la population. Mais, plus de deux ans après l'ouverture du nouveau temple de la lecture, l'administration municipale a l'impression d'avoir relevé le défi.
«Ça n'a pas été un dossier facile. Je pense que quand il s'agit de fermer une église et de la transformer, ce n'est jamais facile», a commenté cette semaine la mairesse de Magog, Vicky May Hamm.
La chef de section à la bibliothèque Memphrémagog, Diane Boulé, est pour sa part d'avis que la population de Magog est aujourd'hui «très fière» de l'endroit. Le chantier a entraîné des coûts de près de 10 millions$, dont près de la moitié de la facture (4,6 millions$) a été assumée par le gouvernement du Québec. «Ceux qui étaient contre le projet ont changé d'idée en voyant ce qu'on a fait», a dit Mme Boulé en guidant la représentante de La Voix de l'Est aux quatre coins de l'ex-lieu de culte.
Et il faut avouer qu'il y a de quoi être impressionné. De l'extérieur, l'église, qui n'est pas patrimoniale, mais présente une importante valeur historique avec son style art déco, n'a rien perdu de sa prestance. L'intérieur a été revu pour correspondre à sa nouvelle vocation. Le verre et l'acier ont été privilégiés dans le cadre de la transformation, surtout pour l'ajout de la mezzanine qui ceinture la bâtisse. En résulte un endroit très lumineux, qui présente un heureux mariage d'ancien et de modernité.
Tous les détails dans notre édition de samedi