Quatre services de garde en milieu familial de la région se partageront 88 375 $ pour réaliser leurs projets.

De l’aide pour les services de garde en milieu familial de la région

Quatre bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial de la région se partageront plus de 88 000 $ pour réaliser leurs projets. Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a annoncé lundi qu’il octroyait près de trois millions de dollars pour soutenir ou améliorer la qualité des services en milieu familial. Cette aide financière permettra la réalisation de 133 projets, répartis dans toutes les régions du Québec.

Dans la région, le CPE la Douce Couvée d’Acton Vale s’est vu accorder 25 000 $ pour son projet « Diversifier pour mieux soutenir et grandir », qui en est à sa troisième année d’existence.

« C’est le même genre de projet que les autres années, mais il évolue et va plus loin dans l’offre de services », mentionne Manon Gingras, directrice générale du CPE.

L’argent permettra d’offrir douze heures de formation aux responsables de service de garde en milieu familial. 

Les formations leur donneront des outils pour travailler de pair avec les parents, développer le langage des enfants, mais aussi créer des activités avec eux. 

Les enfants fréquentant les services de garde en milieu familial de la MRC d’Acton auront l’occasion de s’adonner à des activités de motricité en étant accompagnés par une ergothérapeute. Des activités d’éveil musical et à la lecture sont aussi prévues. 

Le programme Cœur à cœur sera aussi de retour afin de travailler la dimension socioaffective des enfants, toujours dans l’objectif d’améliorer les interventions auprès d’eux.

« L’an dernier, on a rejoint au-­dessus de 300 enfants et une cinquantaine de responsables », soulève Mme Gingras.

Les responsables peuvent participer aux formations sur une base volontaire et tous les services sont offerts gratuitement.

Enfants agités

Le CPE Mamie-Pom de Saint-Césaire a reçu quant à lui 13 375 $ pour privilégier le jeu actif chez l’enfant. 

« C’était une demande des responsables qui avaient des enfants agités. Souvent on veut avoir des outils plus concrets et revenir à la base qui est de jouer dehors, explorer à l’extérieur, explique Véronique Dupont, agente de soutien pédagogique. C’est de faire bouger l’enfant et de faire en sorte qu’on n’aura peut-être pas besoin de dire que l’enfant a des caractéristiques d’un enfant hyperactif. »

Neuro Gym Tonik, qui outille les intervenants à l’enfance, offrira ainsi deux formations aux responsables en milieu familial à ce sujet. À commencer par la pédagogie par le mouvement. 

« C’est une approche éducative ludique sur le développement global de l’enfant. Souvent, certains mouvements vont aider l’enfant à mieux se concentrer », dit Mme Dupont.

La deuxième formation s’adressera surtout aux responsables qui doivent composer avec des enfants agités. 

« De 0 à 5 ans tout se joue parce que tous les neurones se connectent par le mouvement », mentionne Mme Dupont.

« Le taux de participation est bon. Jusqu’à présent, nous avons 26 responsables inscrits par formation jusqu’à une capacité de 40 », indique Mme Dupont.

Finalement, une conférence s’adressant aux parents de la MRC de Rouville, qui compte 85 responsables en milieu familial, sera présentée en novembre 2019.

« On veut que les éducatrices, les agentes de soutien et les parents aient les connaissances pour assurer la continuité du projet », explique Mme Dupont.

À Bedford, le CPE les Pommettes rouges pourra aller de l’avant avec son projet « Le bien-être de nos enfants à cœur », grâce à une aide financière de 25 000 $. Il n’a pas été possible d’en connaître les détails. Le CPE Famili-Garde de Granby a aussi bénéficié d’une aide financière dont les détails seront dévoilés lors d’une conférence de presse le 5 juin.

Cette annonce fait suite à un appel de projets lancé en décembre dernier. Le soutien financier accordé par la ministre de la Famille ne pouvait excéder 25 000 $ par projet.

À LIRE AUSSI: 3 M$ pour la qualité des services de garde en milieu familial