Réjean Choquet a roulé sa bosse dans divers organismes au fil des ans. Il souhaite maintenant se faire élire comme conseiller municipal dans le district 5.

De la rue Léger à la table du conseil

Réjean Choquet a roulé sa bosse dans divers organismes de la région. Il a même travaillé à la Ville de Granby à titre de directeur général adjoint et de greffier à une époque. Il veut maintenant se faire élire comme conseiller municipal dans le district 5.
« Je pense que je suis dû. J'ai à peu près touché à tout. Il y a à peu près juste la table du conseil que je n'ai pas faite. Je trouverais ça intéressant d'avoir un mandat de quatre ans pour représenter le district 5, mais l'ensemble de la population en même temps », a fait valoir le nouveau candidat lundi à l'occasion­ d'un point de presse. 
Réjean Choquet, qui oeuvre comme courtier immobilier, affirme qu'il ne se présente « contre » personne. Mais il souhaite pouvoir défendre ses idées et mettre son expérience à profit. 
Il reconnaît lui-même ne pas avoir la langue dans sa poche. Et il émet ses opinions sans détour. « À la table du conseil, ça va être pareil, si je suis élu », lance-t-il. 
Ce n'est d'ailleurs pas d'hier que M. Choquet songe à faire le saut en politique municipale, affirme-t-il. Mais le départ annoncé du conseiller municipal actuel du district 5, Joël Desmarais, l'a aidé à faire le pas. Une autre candidate, Maria Romano, a aussi annoncé son désir de briguer les suffrages dans ce district, situé au sud-ouest de la ville. 
Condensé des priorités
Réjean Choquet habite en fait le district 3, dans la rue Léger, qui a été au coeur de travaux l'an dernier et de l'aménagement d'une piste multifonctionnelle controversée. Ce dossier n'est rien de moins que « le portrait de ses priorités », illustre-t-il tout en confirmant que cela a aussi contribué à sceller sa volonté de déposer sa candidature.
« Léger, c'est la combinaison de tous les problèmes qu'on a à Granby­ : consultation, communications, environnement, sécurité », laisse-t-il tomber.
Réjean Choquet déclare ainsi vouloir consulter davantage les citoyens. Outre les travaux de la rue Léger, le projet de réaménagement du centre-ville et l'élaboration de l'image de marque de la Ville auraient aussi bénéficié d'une meilleure consultation, dit-il. 
Le candidat souhaite aussi développer une meilleure communication avec les citoyens. Selon lui, les conseillers municipaux devraient prendre davantage la parole de façon ponctuelle durant les séances du conseil municipal. Et pas uniquement pour s'opposer à des décisions, croit M. Choquet­. Mais aussi pour présenter les projets de leur district. Ce faisant, les séances seraient « moins plates », estime-t-il. Les conseillers pourraient aussi jouir d'une meilleure visibilité dans le Granby vous informe.
L'environnement et la sécurité routière figurent en outre parmi ses priorités. Il souhaiterait qu'une campagne de prévention soit mise de l'avant, entre autres pour souligner les habitudes à développer aux traverses fréquentées par les piétons et les cyclistes.
Respecter les budgets
Dans le district 5, l'aspirant conseiller affirme vouloir porter attention aux projets de l'Autodrome, ainsi qu'à l'intersection des rues Georges-Cros et Cowie, de même qu'à celle des rues Irwin, Principale et Raymond-Héroux, « déjà problématique », selon lui. 
Réjean Choquet habite Granby depuis 1984. À cette époque, il travaillait à l'Aéroport Roland-Désourdy, à Bromont, avec le mandat de « reconstruire » l'endroit. « Je suis allé chercher six millions $ de subventions pour réaliser la piste qu'on a aujourd'hui. C'est un projet de 5,5 millions $, juste pour la piste. Et on a fini avec un écart de 5000 $. J'aborde ce sujet-là parce qu'il y a des projets qui peuvent se réaliser en respectant en bonne partie les budgets adoptés au départ. Quand il était question de majorer les coûts, on se disait : où on coupe pour respecter le budget ? Ce n'est pas ce qui se fait souvent dans les projets réalisés par la municipalité­... », estime-t-il. 
C'est au début des années 1990 que M. Choquet a travaillé à la Ville de Granby, où il s'est notamment vu confier la responsabilité de projets spéciaux. Il dit avoir travaillé à l'implantation de la carte-loisirs et du Granby vous informe. Au fil des ans, Réjean Choquet a aussi siégé au conseil d'administration d'une flopée d'organismes locaux.