Le Plan de développement du réseau cyclable régional 2018-2020 de la MRC Rouville a été dévoilé mardi. Il prévoit  notamment l'asphaltage de toute la Route des Champs. Sur la photo, on aperçoit le maire de Saint-Paul-d'Abbotsford, Robert Vynke, qui a participé au projet.

De grands projets pour la Route des Champs

Offrir un réseau cyclable entièrement asphalté. Créer un jardin botanique linéaire aux abords de la piste. Et concevoir des boucles dans les municipalités pour y inviter les cyclistes. Voilà quelques-unes des actions prévues dans le Plan de développement du réseau cyclable régional (PDRCR) 2018-2028 de la MRC de Rouville dévoilé mardi.
« Avec l'engouement qu'il y a présentement pour le cyclisme et le cyclotourisme, les retombées économiques qu'il peut y avoir sont les bienvenues. On a une région très belle. Il y a beaucoup de choses qu'on veut montrer et je pense que la piste cyclable est un outil pour faire la promotion de notre région », a indiqué le préfet de la MRC de Rouville, Jacques Ladouceur, lors de la présentation organisée à la halte de la Route des Champs à Saint-Césaire. 
Au cours des derniers mois, un comité s'est penché sur les actions à prioriser pour favoriser l'essor du cyclotourisme, de l'attractivité du territoire et du développement économique régional. Un plan s'échelonnant sur trois ans a été établi. Il a récemment été adopté par les élus de Rouville.
Asphaltage et boucles
La pierre angulaire du projet : l'asphaltage de tout le réseau, soit un parcours de 40 kilomètres traversant six municipalités de la MRC, de Chambly à Granby en passant par Richelieu jusqu'à Saint-Paul-d'Abbotsford. Présentement, certains tronçons ne le sont pas, alors que d'autres sont dans un mauvais état. 
« C'est s'assurer que l'asphaltage va se faire d'un bout à l'autre afin que les cyclistes de la Rive-Sud et de Montréal, qui sont de grands rouleurs ou qui font du cyclotourisme, s'embranchent plus facilement », explique le maire de Saint-Paul-d'Abbotsford, Robert Vynke, lui-même cycliste, qui a siégé au comité du PDRCR. 
Ce projet pourrait coûter 1,5 million $, dit-il. Le défi sera de trouver le financement nécessaire tout en s'assurant d'une répartition équitable des coûts entre les municipalités. 
Les élus veulent aussi attirer les cyclistes chez eux. D'où l'idée des boucles qui passeront dans les rues et les rangs pour les attirer. « Il ne faut pas laisser nos municipalités en marge de la piste cyclable. Les gens traversent, mais on veut qu'ils restent. De là l'idée de faire des boucles pour qu'ils arrêtent dans nos commerces, nos restaurants, nos cafés », explique M. Vynke. 
Le plan prévoit aussi de relier les municipalités d'Ange-Gardien, Sainte-Angèle-de-Monnoir et Saint-Mathias au réseau cyclable de la Route des Champs. « C'est un réel plan pour l'ensemble de la MRC, c'est-à-dire qu'on unit les villages entre eux à travers ce projet-là », dit M. Vynke. Un projet visant à utiliser l'emprise ferroviaire à Ange-Gardien est actuellement dans les cartons. « Ce serait une jonction merveilleuse », ajoute-t-il. 
Jardin linéaire
Les projets, pour lesquels un échéancier sera établi dans les semaines à venir, ne s'arrêtent pas là. Les élus veulent embellir les abords de la piste cyclable en créant un jardin botanique linéaire. De grandes entreprises pourraient être approchées pour collaborer financièrement.
Des panneaux d'information plus élaborés pourraient aussi être conçus pour mieux situer les commerces et faire découvrir ce qui se fait en matière d'agriculture et de culture de petits fruits, cite en exemple le maire. 
En plus de la rénovation de la halte existante dans la rue Notre-Dame à Saint-Césaire, d'autres arrêts pourraient être implantés. Ceux-ci pourraient d'ailleurs répondre à la demande en matière de cyclo-camping.