Les policiers de Granby multiplieront les barrages pour intercepter ceux et celles conduisant sous l’effet de la drogue et de l’alcool durant le mois d’août.

Davantage de barrages routiers à Granby

Les policiers de Granby multiplieront les barrages routiers pour intercepter ceux et celles conduisant sous l’effet de la drogue et de l’alcool, en août, ce mois affichant un grand nombre d’arrestations pour la conduite avec les capacités affaiblies sur leur territoire.

« Le mois d’août a été ciblé en raison des statistiques, explique Marc Farand, porte-parole du Service de police de Granby. Les occasions de consommer sont plus importantes avec la période des vacances estivales, la piscine et les cinq à sept. »

Malgré toutes les options qui s’offrent aux conducteurs qui ont consommé drogue ou alcool pour de ne pas prendre le volant — transport en commun, proche qui n’a pas consommé, taxi, service de raccompagnement —, certains prennent tout de même le volant et enfreignent la loi.

Le corps policier rapporte que 30 % des conducteurs arrêtés avec les capacités affaiblies par la drogue ou l’alcool à Granby l’ont été entre le 24 juin et le 7 septembre. De ce pourcentage, la moitié des arrestations a été dénombrée en août.


«  On veut réduire les risques d’accident, les risques de conséquences liés à la conduite après avoir consommé de l’alcool ou de la drogue.  »
Marc Farand, porte-parole du Service de police de Granby

Les policiers érigeront donc plus de barrages routiers, et ce, à toute heure du jour et de la nuit. Contrairement à la croyance populaire, les opérations n’ont pas toujours lieu en fin de soirée ou la nuit. D’ailleurs, les deux taux d’alcoolémie les plus élevés chez des conducteurs arrêtés ces dernières semaines — trois fois la limite et près de quatre fois dans l’autre cas — ont été enregistrés à 12 h et 16 h.

Qui plus est, la conduite avec les capacités affaiblies entraîne de graves conséquences. Deux conducteurs ont été arrêtés jusqu’ici en 2019 à Granby pour avoir causé des lésions corporelles alors que leurs capacités étaient affaiblies à la fois par la drogue et l’alcool. Les policiers n’ont dénombré aucune arrestation de ce type en 2017 et 2018.

Quatre personnes ont été arrêtées en 2017 pour avoir conduit avec les capacités affaiblies par l’alcool seulement, ce qui a entraîné des lésions corporelles, tandis qu’un conducteur a été arrêté en 2018 et aucun jusqu’à maintenant en 2019.

« On veut réduire les risques d’accident, les risques de conséquences liés à la conduite après avoir consommé de l’alcool ou de la drogue, indique l’agent Farand. On va être présent. On va être là. »