Aux Jeux de Turin, en 2006, Danielle Goyette a l'insigne honneur de porter le drapeau du Canada aux cérémonies d'ouverture. Le summum de sa carrière, dit-elle.

Danielle Goyette, jamais deux sans trois

La voix est douce et assurée à l'autre bout du fil. Danielle Goyette raconte ses trois participations aux Jeux olympiques. Celle de 1998 à Nagano, celle de 2002 à Salt Lake City et celle de 2006 à Turin. «Chaque expérience a été différente des autres», glisse l'ex-hockeyeuse native de Saint-Nazaire-d'Acton.
À Nagano, à l'autre bout du monde, Danielle pleure son père, mort la veille de l'ouverture des Jeux. Tout se passe dans une espèce de brume. «Je ne dormais pas, je ne mangeais pas, mais j'étais très concentrée. J'ai très bien joué à Nagano. J'ai trouvé des forces insoupçonnées à l'intérieur de moi. Le fait de jouer en équipe m'a beaucoup aidée à vivre cette épreuve», confie-t-elle.
Équipe Canada est défaite en finale. Ce sont ses premiers Jeux, mais elle a déjà 32 ans et l'épaule en piètre état. Elle est alors convaincue de vivre une chance unique qui ne reviendra jamais.
Quatre ans plus tard, elle débarque pourtant à Salt Lake City. La pression est énorme sur l'équipe, mais Danielle se promet que cette fois, elle boira la coupe jusqu'à la lie. «J'en ai profité au maximum, j'ai fait des rencontres extraordinaires. C'était du vrai plaisir, d'autant plus qu'on a remporté la médaille d'or!» Comme si la vie ne l'avait pas assez choyée, la hockeyeuse participe aux Olympiques de Turin, en 2006. Là-bas, on lui offre l'insigne honneur de porter le drapeau du pays aux cérémonies d'ouverture. Le summum de sa carrière.«Je l'ai appris deux semaines avant et j'ai dû garder le secret! Quand je suis entrée dans le stade, je précédais la délégation, alors j'avais une vue à 360 °, tout autour de moi. Quand j'ai aperçu cette foule, j'ai pensé à mes parents décédés. C'était un moment inoubliable. J'avais 40 ans, je savais que je vivais mes derniers Jeux et je les ai savourés à fond.» D'autant plus qu'elle en repart avec une autre médaille d'or autour du cou.
Abonnez-vous à La Voix de l'Est