Cure de beauté pour le stationnement du CINLB, où de la végétation et une oeuvre d’art seront ajoutées.

Cure de beauté et oeuvre d’art pour le CINLB

Le stationnement du Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin (CINLB) aura droit à une cure de beauté. Un concours d’intégration d’œuvres d’art a aussi été lancé par la Ville de Granby dans le cadre de ce projet.

Les travaux consisteront essentiellement à revoir et à bonifier les aménagements paysagers existants de la première portion du stationnement, soit celle située la plus près de la rue Drummond et utilisée en bonne partie par les usagers de la piste cyclable la Granbyenne.

Au cœur du projet, qui sera réalisé vers la fin de l’été : l’ajout d’une bonne dose de végétation, notamment à l’îlot central de verdure, où quelques chênes démontrent des signes de dépérissement. « On va réaménager l’îlot, faire de la plantation d’arbres et ajouter des prés fleuris près de cette zone-là », a expliqué la contremaître parcs et terrains de jeux au service des travaux publics à la Ville, Danielle Saint-Jean.

C’est en fait dans le secteur où se trouve actuellement un alignement de blocs de béton, dans le fond du stationnement, que seront aménagés les prés fleuris. Ces blocs avaient été mis en place de façon temporaire pour freiner certains automobilistes d’utiliser cet espace autour de l’îlot comme anneau de course, souligne le chef de division des actifs aux travaux publics, Gaétan Belhumeur.

De la végétation sera aussi ajoutée près de l’enseigne du CINLB pour enjoliver l’entrée du stationnement, relève Mme St-Jean.

Œuvre d’art
Dans la foulée de ce projet, la Ville a par ailleurs récemment lancé un concours d’intégration d’œuvres d’art auprès des artistes professionnels. Une enveloppe de 15 000 $ a été prévue pour la conception et la réalisation de l’œuvre. Celle-ci devra représenter un personnage du marais et être faite de bois pyrolysé ou torréfié.

« On souhaite conserver de manière sécuritaire les chicots des chênes qui vont être là. Donc, on tente de mettre en valeur la deuxième vie des arbres et démontrer la valeur ajoutée des chicots. C’est pour ça qu’on a choisi d’intégrer une œuvre d’art qui va être en bois, près des chicots », fait valoir la contremaître aux parcs et terrains de jeu.

Les artistes intéressés par ce concours ont jusqu’au 26 mars pour soumettre leur dossier de candidature. Le formulaire est disponible sur le site web de la Ville. Le contrat devrait être octroyé au début avril. La livraison de l’œuvre est prévue pour la fin octobre.

« C’est un projet qui s’inscrit dans notre cadre d’embellissement de la ville. On avait déjà quelques montants qui étaient au PTI (programme triennal d’immobilisations) depuis quelques années », souligne Gaétan Belhumeur.