L’association entre le Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska et Crossfit Bromont est toute naturelle, selon Yves Bélanger, Tatiana Contreras et Mike Robert.

Crossfit pour la vie: bouger pour la bonne cause

Les amoureux du crossfit joindront l’utile à l’agréable alors que les curieux pourront s’initier à cette activité physique tout en contribuant à une bonne cause le 8 juin prochain, dans le cadre de la toute première journée Crossfit pour la vie, en partenariat avec le Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska.

En tout, 45 équipes composées de deux hommes et de deux femmes se mesureront à diverses épreuves physiques à même les locaux de Crossfit Bromont. Les organisateurs et copropriétaires de Crossfit Bromont, Tatiana Contreras et Mike Robert, promettent également quelques surprises d’ici l’événement.

Déjà, 27 quatuors sont inscrits à l’événement ; les intéressés ont jusqu’au 30 avril pour faire de même sur la page Facebook Compétition CrossFit pour la Vie 2019. Les candidatures en solo sont aussi acceptées ; les organisateurs pourront former des équipes à partir de celles-ci.

Les équipes participantes pourront s’inscrire dans deux catégories : avancée et adaptée. « Il y aura des défis en équipe, des défis synchronisés ou à relais », explique Mme Contreras.

Il est faux de croire que le crossfit ne s’adresse qu’aux athlètes, rappelle M. Robert. « N’importe qui peut venir ici et essayer, indique-t-il. On peut adapter les exercices à la capacité physique des personnes et les amener à progresser. » D’ailleurs, ajoute-t-il, des cours de crossfit sont offerts tant aux enfants, à compter de 4 ans, qu’aux aînés.

Pour la prévention du suicide

Un montant de 50 $ par inscription sera offert au Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska. « Pour nous, c’est un grand plaisir de renouveler notre collaboration avec Crossfit Bromont, s’est exclamé le directeur général de l’organisme, Yves Bélanger. Nous sommes privilégiés de bénéficier de leur soutien et de leur engagement. »

Rappelons que l’entreprise bromontoise avait réalisé diverses collectes de fonds pour la cause, en plus d’avoir pris part à quelques reprises au volet Courir pour la vie au Tour du lac Brome.

Une association toute naturelle pour l’entreprise et l’organisme. « Être plus en forme, c’est être plus en santé », souligne M. Robert.

« Et être en santé physique, c’est avoir une meilleure santé mentale, a complété M. Bélanger. L’activité physique a un effet positif sur la prévention du suicide et de la détresse. »

« Au-delà des dons, pour nous, ce genre d’événement nous aide à gagner en visibilité, souligne ensuite le directeur général. Le Centre de prévention du suicide existe depuis 35 ans et je tombe encore à côté de ma chaise quand j’entends quelqu’un dire qu’il ne savait pas où aller dans un moment de détresse. J’espère que la journée du 8 juin permettra à plusieurs de découvrir notre existence et de penser à nous et à nous référer si le besoin se fait sentir. »

Le désir de soutenir le centre émane d’ailleurs du fait que lorsque Mme Contreras a été affectée par le suicide d’un proche, elle a sollicité l’aide du CPS. « On pense souvent à ce qu’on peut faire pour aider les gens qui songent au suicide, mais l’organisme vient aussi soutenir ceux autour qui viennent de perdre un membre de leur entourage », renchérit M. Robert.

Journée de financement

Ceux qui souhaitent encourager la cause, mais qui n’ont pas envie de suer à grosses gouttes, peuvent participer à une activité de financement qui se déroulera au restaurant Saint-Hubert de Granby le 6 mai. Pour 20 $, un billet — disponible au restaurant ou chez Crossfit Bromont — donnera droit à un choix entre trois repas, boisson et dessert inclus ; le quart du montant sera versé à la cause.

De plus, un tirage moitié-moitié sera tenu le 8 juin et des boîtes à dons seront aussi sur place. En fin de journée, on espère remettre un chèque de plus de 3000 $ à l’organisme.