Hydro-Québec procédera à l'installation des compteurs intelligents dans les résidences des Cantons-de-l'Est d'ici le mois de septembre.

Craintes et interrogations

Les compteurs intelligents d'Hydro-Québec émettent-ils des radiofréquences nuisibles à la santé humaine? Un scientifique à la retraite de Sutton craint que oui. Aussi, met-il la société d'État au défi de faire part de ses preuves à l'effet contraire.
Jean-Pierre Boisvert est chimiste. Durant sa carrière de 36 ans dans l'industrie pharmaceutique, son travail consistait notamment à rassembler la littérature scientifique et à l'analyser. Il a développé un grand sens critique à la lecture de ces documents et lors de discussions avec ses auteurs. Il a entrepris une analyse du dossier des compteurs intelligents d'Hydro-Québec par curiosité. Ses découvertes le consternent. Surtout celles en lien avec les radiofréquences. «Les radiofréquences ont des effets néfastes sur la santé. Il y a plein d'études sérieuses et rigoureuses qui le démontrent. Comment se fait-il qu'Hydro-Québec nous dise que ce n'est pas dangereux? On ne nous dit pas tout.»
M. Boisvert cite un rapport de BioInitiative, un groupe de scientifiques internationaux, produit en 2012 qui conclut que les radiofréquences ont des impacts sur la santé. Elles provoqueraient la leucémie chez les enfants ainsi que des cancers chez les enfants et les adultes, en plus de problèmes immunitaires et neurologiques. Par mesure de précaution, BioInitiative recommande de ne pas dépasser 1000 microwatts par mètre carré (µW/m2).
Les compteurs intelligents d'Hydro-Québec, fait remarquer M. Boisvert, émettent en moyenne des radiofréquences 55 µW/m2 en 24 heures. L'entreprise et la Régie de l'énergie prennent comme référence le Code 6 de Santé Canada pour déterminer la limite permise de µW/m2, soit la norme de sécurité canadienne. Le Code 6 établit la limite à 6 000 000 µW/m2, soit l'augmentation de la température d'un corps exposé pendant 6 minutes à cette puissance à un mètre. Or, soutient-il, lorsque les compteurs intelligents émettent, ils lancent des flèches de 7000 µW/m2, et ce, entre 1400 et 2880 par jour. Cela représente sept fois la norme sécuritaire, dit-il.
Tous les détails dans notre édition de mardi