La Ville de Cowansville cherche à trouver une solution pour offrir dès septembre le service de collecte des matières organiques à ses citoyens.

Cowansville veut intégrer les bacs bruns cet automne

La Ville de Cowansville aimerait offrir le service de collecte des matières organiques à ses citoyens dès cet automne. Elle évalue ses options pour y arriver.

La plateforme de compostage de la Régie intermunicipale de gestion des matières résiduelles de Brome-Missisquoi (RIGMRBM) sera prête en septembre. L’équipement, qui sera construit au printemps sur les terrains du site d’enfouissement de la Régie, sera le point de chute des 21 municipalités de la MRC pour transformer les matières organiques de leurs citoyens en compost.

Les quatre municipalités propriétaires de la RIGMRBM, soit Bedford, Cowansville, Dunham et Farnham, sont appelées à être les premières à offrir le service de bacs bruns à leurs citoyens cet automne. La Ville de Cowansville doit toutefois trouver un moyen d’y arriver puisque son contrat de collecte de déchets n’arrive à échéance qu’à la fin de l’année.

Les membres du conseil étudient les options qui s’offrent à la municipalité pour ajouter une troisième collecte cet automne, a indiqué Sylvie Beauregard. La mairesse estime qu’il est important que la Ville soit une des premières à utiliser le service. « On ne sait pas encore comment on va s’y prendre. On regarde ça. Mais c’est important qu’on le fasse. Les gens attendent ça », a-t-elle dit en entrevue mardi soir, au terme de l’assemblée du conseil.

La plateforme de compostage devait être opérationnelle en 2017. Des changements au plan initial, notamment une hausse — de 12 000 à 20 000 tonnes — du volume de matières organiques que la plateforme pourrait traiter, ont eu pour effet de retarder considérablement le projet. Conséquence de ce retard, la Ville de Cowansville a dû aller en appel d’offres pour trouver un transporteur et assurer ainsi la collecte et le transport de ses matières résiduelles pendant un an. Ne sachant pas quand la plateforme allait être prête, la municipalité n’a pu demander des soumissions tenant compte de l’ajout d’un troisième bac durant l’année.

Coûts en hausse
Parmi les scénarios possibles, le conseil pourrait demander des soumissions pour la collecte des bacs bruns. Cela augmentera cependant ses coûts puisque le contrat de collecte des matières résiduelles devra être honoré, et ce, même si le tonnage était moindre en raison de la valorisation des matières organiques par l’entremise des bacs bruns. Le conseil pourrait aussi faire une croix sur le service pour l’année 2018 et commencer seulement en 2019, comme 16 des 21 municipalités de la MRC.

Chose certaine, la Ville va de l’avant avec l’achat des bacs bruns et des minibacs de cuisine. Le conseil a autorisé qu’un montant de 300 000 $ soit puisé dans le surplus accumulé non affecté pour les payer. Une subvention de 80 000 $ de Québec pourrait être obtenue pour l’achat des bacs, a souligné la trésorière, Josée Tassé.