Les digues ont été aménagées en 1910 pour transformer un étang en lac afin de desservir le Canton de Sweetsburg. La municipalité a été annexée en 1963 et 1964 à la Ville de Cowansville.

Cowansville cède l'étang Bull et ses trois digues aux riverains

La Ville de Cowansville va céder l’étang Bull et les trois digues qui retiennent ses eaux aux quatre riverains du plan d’eau. Des travaux de mise à niveau de 500 000 $ sur deux des digues devront toutefois être réalisés avant que la Ville puisse s’en départir.

Cet ancien réservoir d’eau potable créé en 1910 à Brigham pour desservir le Canton de Sweetsburg n’est plus utilisé depuis 1965, une année après que le lac Davignon soit devenu la principale source d’eau potable de la Ville. Malgré tout, la Ville de Cowansville demeure responsable de ces ouvrages, près de la route 241, et doit assurer qu’ils soient sécuritaires, explique Me Stéphanie Déraspe, directrice des affaires juridiques de la Ville.

En 1980 puis en 2000, la Ville a offert en vain de céder l’étang et ses digues à la municipalité de Brigham. Elle a réitéré son offre l’an dernier. Autre refus des autorités de Brigham. La Ville s’est alors tournée vers les quatre propriétaires riverains. Ils ont d’abord dit non, avant de se raviser en début d’année.

Le fait qu’ils risquaient de voir 75 % du lac disparaître les aurait convaincus d’accepter de devenir propriétaires, pense Sylvain Perreault, directeur du service des infrastructures et des immobilisations de Cowansville. « On n’allait pas renforcer les digues. On allait les démanteler. On ne voulait plus en être responsables », a-t-il indiqué.

Le démantèlement des deux digues aurait comme effet que le plan d’eau, qui a une superficie des 115 000 mètres carrés et possède un volume de 481 700 mètres cubes d’eau, retournerait à son état d’étang de l’époque.

La municipalité étudie depuis quelques années l’état des trois digues, comme l’exige la Loi sur la sécurité des barrages. Une analyse des digues de l’étang Bull conclut que les deux principales sont sécuritaires, mais qu’elles doivent être renforcées par un nouvel enrochement pour éviter des brèches. Près de 5000 tonnes de roche doivent être utilisées pour les travaux. Les deux digues, qui ont plus de 100 ans, sont d’une longueur d’environ 100 mètres chacune.

Les travaux ne peuvent être réalisés avant le 1er août pour respecter les périodes de reproduction des poissons. M. Perreault n’a pas terminé son analyse pour déterminer si la Ville lancera un appel d’offres ou effectuera les travaux avec ses équipes des travaux publics. Cette dernière option pourrait être moins onéreuse, estime-t-il.

Les quatre propriétaires riverains du lac ont créé récemment l’Association des propriétaires riverains de l’étang Bull. Celle-ci deviendra propriétaire du plan d’eau et des trois digues dès les travaux complétés. Les propriétaires riverains seront alors responsables des ouvrages et de leur entretien, dégageant la Ville de cette responsabilité.

La troisième digue n’est plus utilisée. Elle servait de réservoir où la conduite d’eau potable débutait. Contrairement aux deux autres qui sont des enrochements, elle est faite de briques et de ciment.