La fin du trimestre a sonné pour plusieurs étudiants des campus de Rimouski et de Lévis de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR).

UQAR: trimestre terminé pour plusieurs étudiants

La fin du trimestre a sonné pour plusieurs étudiants des campus de Rimouski et de Lévis de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR). La direction considère qu'un cours est terminé lorsqu'une ou des évaluations avaient déjà eu lieu. Il en est tout autant des stages qui ne sont pas soumis aux exigences du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, d'un organisme d'agrément ou d'un ordre professionnel.

Par contre, un cours pour lequel aucune évaluation n'a été réalisée à ce jour, que ce soit en raison de situations exceptionnelles, telles qu'une tempête ou une grève, ou encore parce qu'il est dispensé en mode intensif, ne peut être considéré comme terminé. «Des modalités d'évaluation doivent alors être convenues entre la ressource enseignante et les étudiants», fait savoir le recteur, Jean-Pierre Ouellet, dans un message adressé à la communauté universitaire.

Pour les stages soumis aux exigences d'un ministère, d'un organisme d'agrément ou d'un ordre professionnel, l'évaluation et la notation se feront en fonction des modalités établies par la direction du module ou du comité de programme. «[…] Les étudiants n'ont aucune démarche particulière à effectuer à ce moment-ci, précise M. Ouellet. Les modules et les comités de programmes concernés entreront en contact avec eux seulement si cela s'avère nécessaire.»

En considérant qu'il s'agit d'une situation sans précédent, le recteur de l'UQAR indique avoir pris ces décisions par souci de la santé et de la sécurité des membres de la communauté universitaire. «Nous sommes pleinement conscients que plusieurs étudiants, professeurs et chargés de cours ne sont actuellement plus dans des conditions favorables pour répondre à l'ensemble des exigences liées aux activités de formation […]», considère-t-il.

Des professeurs solidaires

Le Syndicat des professeurs et des professeures de l'Université du Québec à Rimouski (SPPUQAR) est favorable aux mesures prises par la direction de l'établissement. «Il s'agit d'une mesure sensible et équitable respectant la santé et la sécurité et qui traduit une bienveillance nécessaire en ces temps difficiles», estime la présidente du syndicat, Geneviève Brisson.

Selon elle, la poursuite du trimestre aurait engendré d'importantes difficultés. Elle croit que cette mesure est équitable, tant pour les étudiants que le personnel enseignant, puisque plusieurs d'entre eux doivent s'occuper à temps plein d'enfants, soutenir leurs parents âgés ou appuyer leur conjoint qui est un intervenant de première ligne dans la lutte contre la pandémie. «Il est impensable de poursuivre un trimestre universitaire comme si de rien n'était ou en improvisant des formules pédagogiques à distance qui ne rempliraient pas nécessairement toujours les exigences de qualité d'un cursus universitaire [...]», soutient Mme Brisson. Elle ajoute que certaines formules d'enseignement sont inapplicables pour plusieurs cours, dont ceux qui requièrent des équipements spécialisés.