Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Une première en sept mois: un seul nouveau cas rapporté en Estrie

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Article réservé aux abonnés
L’Estrie n’a ajouté qu’un seul nouveau cas positif de COVID-19 à son bilan en ce tout début du printemps.

Il faut remonter sept mois plus tôt -le 28 août dernier - pour retrouver un autre bilan faisant état d’aussi peu de nouveaux cas confirmés!

La moyenne mobile des sept derniers jours est passée à 10 nouveaux cas confirmés par jour en Estrie.

Un nouveau décès d’une personne vivant à domicile vient toutefois assombrir ce bilan. Le nombre d’Estriens décédés des complications de la COVID-19 s’élève donc maintenant à 319.

Le nouveau cas qui s’est ajouté au dernier bilan est une personne habitant Sherbrooke. La ville de quelque 163 000 habitants compte maintenant 18 cas actifs.

Le nombre de cas actifs pour la grande région de l’Estrie continue aussi de baisser à vue d’œil, alors qu’il n’en reste plus que 122 pour une population de près de 500 000 personnes.

On retrouve en ce moment deux cas actifs dans les réseaux locaux de services (RLS) de Coaticook, du Val-Saint-François et du Haut-Saint-François, sept dans celui du Granit, dix dans les RLS de Memphrémagog et de la Pommeraie, 18 à Sherbrooke, 27 dans le RLS des Sources, et 43 dans le RLS de la Haute-Yamaska.

Le nombre de variants demeure stable à neuf variants de la Grande-Bretagne confirmés après le séquençage. Toutefois, le nombre de variants présomptifs (après le criblage effectué d’emblée en Estrie sur tous les tests positifs) est passé de 43 à 45.

Ça fait deux semaines consécutives que le CIUSSS de l’Estrie-CHUS effectue près de 6400 tests de dépistage de la COVID-19 par semaine. Au pic de la deuxième vague au début janvier, il y avait jusqu’à 11 500 tests effectués par semaine. Mais en Estrie comme ailleurs au Québec, ce nombre tend à diminuer depuis plusieurs semaines avec la diminution très importante du nombre d’éclosions et la diminution du nombre de cas confirmés et donc du nombre de personnes ayant des symptômes de la COVID-19.

La semaine dernière, le directeur national de la Santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, demandait toutefois aux Québécois d’aller se faire dépister s’ils présentaient l’un ou l’autre des symptômes de la COVID-19.