La firme de sécurité privée MRC Sécurité a été engagée par la Ville de Sutton pour surveiller particulièrement les accès aux sentiers pédestres et à la montagne de ski.
La firme de sécurité privée MRC Sécurité a été engagée par la Ville de Sutton pour surveiller particulièrement les accès aux sentiers pédestres et à la montagne de ski.

Une firme privée pour surveiller l’accès à la montagne de Sutton

La Ville de Sutton a fait l’embauche d’une firme de sécurité privée, MRC Sécurité, pour l’aider à faire respecter l’interdiction d’accès aux sentiers de montagne et au centre de ski.

Le contrat a été octroyé via le service de sécurité incendie, la semaine dernière.

« Il y a une surveillance qui se fait, tant par la Sûreté du Québec que par la firme sur l’ensemble du territoire, avec une attention particulière aux points d’accès des sentiers qui ont été fermés et au centre de ski. Ce sont des endroits qui attirent les gens de l’extérieur », constate le directeur général de Sutton, Pierre Largy.

Rassemblement

Les sentiers ont été fermés pour éviter que des visiteurs s’y rendent, diminuer les risques de rassemblement, mais aussi parce que le dégel a déjà commencé.

« Ce qui nous inquiète, c’est de se retrouver avec beaucoup de gens qui viennent de l’extérieur et qui se retrouvent dans la communauté, surtout s’ils sont de passage. C’est très inquiétant pour la population locale, surtout s’ils sont porteurs [de la COVID-19] sans le savoir et qu’ils font des arrêts dans la communauté pour les installations sanitaires ou pour acheter de quoi manger après une journée de randonnée. Surtout que le gouvernement a demandé de maintenir les déplacements au strict minimum. »

Protéger les citoyens

« La Sûreté du Québec est pas mal éparpillée partout dans la région, alors on avait besoin de la firme de sécurité pour assurer une bonne surveillance, renchérit le maire Michel Lafrance. On va mettre les chances de notre bord pour s’assurer qu’on protège les intérêts de nos citoyens. »

Les agents de sécurité n’ont pas de pouvoir coercitif. Ils se font quand même persuasifs, comme c’est déjà arrivé quelques fois, pour amener les gens à respecter les mesures gouvernementales. S’ils constatent une situation qui nécessite une intervention policière, ils communiquent avec la Sûreté du Québec.

Le budget d’urgence permettra de défrayer les coûts. L’enveloppe est ouverte puisqu’il est difficile d’évaluer les besoins dans le temps. « On compte aussi sur une aide gouvernementale qui nous est promise de façon verbale pour nous aider à passer au travers des défis supplémentaires que l’ensemble des communautés a à vivre, note M. Largy. Et nos défis sont un peu plus aigus avec le tourisme. »