Le personnel du centre hospitalier de Granby a été témoin d’un défilé de remorqueuses en soutien à leur travail.
Le personnel du centre hospitalier de Granby a été témoin d’un défilé de remorqueuses en soutien à leur travail.

Un show de remorqueuses en soutien au personnel du CHG

Samedi soir, vers 20 h, le personnel de l’hôpital de Granby a eu droit à un spectacle « son et lumière » de 13 remorqueuses klaxonnant autour du bâtiment, en soutien à leur travail.

« Mais ce n’était pas seulement pour le personnel soignant, c’était un clin d’œil pour toutes les personnes travaillant dans les services essentiels », indique le directeur des opérations de Remorquage Boissonneault, Jean Boissonneault, qui est aussi l’instigateur du mouvement.

Le directeur indique que tous ses employés — la plupart sur le chômage — ont répondu à son appel avec enthousiasme et qu’« il y en a même un qui s’est offert pour laver les camions ».

« On avait aussi un employé dont la mère se faisait opérer hier soir (samedi). On voulait montrer notre soutien. »

Les 13 camions sont donc descendus sur la route 112 à partir de leurs bureaux, sur la rue Gatineau, puis ont parcouru le boulevard Leclerc jusqu’à l’hôpital de Granby, en klaxonnant à bon escient. Ils ont effectué deux tours du bâtiment, puis sont repartis vers le même chemin.

Un geste qui a été abondamment filmé et partagé sur les réseaux sociaux par quelques citoyens témoins du spectacle, dont certains ont accompagné les remorqueuses de quelques clignotements de lumières.

Seul participant

Le propriétaire de Remorquage Beauregard, Denis Beauregard, a toutefois «trouvé dommage qu’il le fasse seul, sans les autres compagnies de remorquage ou d’autres services de la Ville.»

Sans dénigrer le geste en lui-même, M. Beauregard affirme qu’il aurait aimé participer, et qu’il est certain que les autres compagnies de Granby, comme Remorquage Ouellet et Garage J Normandin, auraient également apprécié y prendre part.

«On pourrait tous faire un défilé, en incluant les ambulances, les unités de sauvetage, etc., pour montrer notre soutien au personnel de tous les services essentiels», lance M. Beauregard.

Une idée qui fait aussi son chemin chez Jean Boissonneault, qui indique être en réflexion pour refaire une plus grosse sortie qui inclurait cette fois les autres compagnies.

«J’ai reçu des centaines de messages d’infirmières qui étaient touchées par ce qu’on a fait. Je pense qu’on tient quelque chose de bien pour donner un vent de fraîcheur à travers la COVID-19», mentionne M. Boissonneault, qui s’est notamment inspiré d’un mouvement semblable effectué à Trois-Rivières, samedi.