Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Un seul symptôme nécessaire pour subir un test de dépistage

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Article réservé aux abonnés
La Santé publique a de nouveau changé les critères nécessaires pour subir un dépistage de la COVID-19. Un seul symptôme est maintenant nécessaire pour se faire tester chez les enfants de plus de six ans et chez les adultes. Chez les enfants de cinq ans et moins, il est recommandé d’attendre 24 heures pour réévaluer les symptômes avant de décider si un dépistage est nécessaire.

Les symptômes sont les suivants : difficulté à respirer, essoufflement ou sensation d’étouffement, fièvre (température buccale de 38,1 °C ou 100,6 °F et plus), perte soudaine de l’odorat sans congestion nasale, avec ou sans perte de goût, toux récente ou aggravation d’une toux chronique, essoufflement, mal de gorge, nez qui coule ou congestion nasale (de cause inconnue).

Deux raisons principales expliquent ce changement de cap de la direction nationale de la Santé publique.

D’abord, la transmission communautaire ayant diminué au Québec, « il y a plus de places dans nos centres désignés de dépistage pour recevoir les gens qui ont moins de symptômes », indique le directeur de la Santé publique de l’Estrie, le Dr Alain Poirier.

Ensuite, les laboratoires sentinelles examinent un pourcentage des prélèvements effectués pour la COVID-19 et le résultat est clair : l’influenza ne circule pas cette année, de même que très peu d’autres virus.

« En présence de symptômes en ce moment au Québec, on peut présumer que c’est la COVID-19 », ajoute le Dr Poirier.

En attente du résultat du test, la Santé publique recommande de rester à la maison. « Les autres membres de la famille peuvent poursuivre leurs activités habituelles s’ils n’ont pas de symptômes », précise-t-on.

Alain Poirier