Les Marois doivent quitter le Mexique ce mardi pour revenir au bercail.

Un retour précipité au Québec pour la famille Marois

Kassandra Casavant, Sébastien Marois et leurs quatre enfants ont enfourché leurs vélos, en juillet 2019, pour vivre l’aventure, la vraie, et aller au bout de leurs limites. Ils ne s’attendaient pas, cependant, à devoir écourter leur périple en raison de la pandémie de coronavirus. Faisant contre mauvaise fortune, bon cœur, toute la famille a choisi de quitter le Mexique, ce mardi, pour revenir à Granby deux mois plus tôt que prévu.

Les nouvelles en provenance des quatre coins du monde, mais surtout du Québec, ont finalement eu raison de leur envie d’évasion.

« Depuis notre départ, on a toujours priorisé la santé et la sécurité de nos enfants, a mentionné Mme Casavant lundi, lors d’un entretien téléphonique avec La Voix de l’Est. On ne voulait pas prendre de risques. Il y a trop d’incertitudes en ce moment. »

Le couple a pris la décision dimanche, en entendant le gouvernement demander aux voyageurs de revenir au pays. Vérification faite auprès de sa compagnie d’assurance, le clan a jugé que demeurer au Mexique comportait des risques. « Et plus on attend, plus on a peur que les frontières se ferment. »

Les Marois doivent donc décoller de Guadalajara ce mardi en direction de Montréal, en faisant escale à Atlanta. Arrivée prévue au Québec : 22 h.

Une camionnette de location attendra les six aventuriers près de l’aéroport pour leur permettre de revenir chez eux avec leurs montures.

Non, le scénario ne prévoyait pas une fin aussi abrupte, admet Kassandra Casavant. « Le plan initial, c’était de revenir de l’aéroport à vélo, entre autres. C’est un peu décevant, car on avait des choses prévues pour le retour. On prévoyait revenir mi-mai pour pédaler au Québec, faire notre souper-spaghetti le 30 mai pour Opération Enfant-Soleil et se rendre à Québec en vélo pour remettre notre chèque en direct au Téléthon du 7 juin. »

La bonne nouvelle, c’est que ce retour précipité n’aura pas de conséquences catastrophiques sur leur budget. Les billets qu’ils ont dénichés ne dépassent pas les 350 $ par personne, sans compter toutefois le supplément pour les vélos.

Coup de cœur mexicain

Partis de Granby le 1er juillet, le couple et leurs enfants Julianne, Jérémy, Mary Ann et Zack souhaitaient parcourir le Canada, longer la côte Ouest des États-Unis et clore leur voyage à Cuba. Et même si le Mexique n’était pas vraiment inclus dans leur itinéraire, ils s’y sont arrêtés, trop intrigués par les nombreux commentaires positifs qu’ils entendaient à son sujet.

« On a décidé d’y aller et on adore le Mexique. C’est mon coup de cœur », laisse entendre la dame, en saluant notamment la chaleur humaine des habitants.

Sauf que le virus commence à avoir des effets là-bas aussi. Fermeture des écoles, fermeture de la frontière avec le Guatemala, ruée sur les denrées... L’inquiétude est présente comme ailleurs.

Mme Casavant assure cependant que ses enfants réagissent bien à ce changement de programmation. « On est flexible depuis le début du voyage. Alors on se dit qu’on va voir nos familles plus tôt et lancer nos projets de livre et de conférences plus tôt ! »

Elle termine sur une note rassurante. « Au Québec, je sais que les gens ont des craintes de se faire infecter. C’est certain qu’on va se mettre en quarantaine pour au moins les deux prochaines semaines. Ce sera un retour en douceur ! »