Le retour en classe lundi se déroulera sous une haute surveillance policière.
Le retour en classe lundi se déroulera sous une haute surveillance policière.

Un retour en classe sous surveillance policière à Granby

Le retour en classe des élèves du préscolaire et du primaire se déroulera sous une haute surveillance policière lundi, a laissé savoir le maire de Granby Pascal Bonin.

«En raison de la situation exceptionnelle, la plupart des parents vont amener leurs enfants à l’école, faisant en sorte que les rues de la municipalité seront beaucoup plus achalandées. Le Service de police demande la collaboration de la population pour assurer une rentrée scolaire sans incident et circuler dans des rues sécuritaires», a-t-il souligné vendredi à l’occasion d’un point de presse tenu par vidéoconférence.

Selon lui, une attention particulière sera portée aux limites de vitesse, aux traverses de piétons, aux stationnements, aux distractions ainsi qu’aux manoeuvres jugées non sécuritaires.

La porte-parole du service de police, Caroline Garand, précise qu’au moins un policier par école sera présent. «On ne dira pas le nombre exact de policiers pour ne pas nuire à nos opérations policières en cours. Mais sachez qu’on a vraiment tout mis en place pour s’assurer d’une sécurité maximale autour de nos écoles. On sait que ça va être plus difficile qu’à l’ordinaire et qu’il y a les règles de distanciation sociale à respecter», dit-elle.

Outre les patrouilleurs, les enquêteurs, certains cadres, les patrouilleurs à moto et à vélo, ainsi que les agents de prévention seront mis à profit pour cette rentrée aux allures particulières.

«Tout le monde va être en place pour s’assurer de la sécurité, mais aussi pour analyser comment ça va se passer parce qu’on est conscients que ce ne sont pas des problématiques qu’on voit habituellement. On va également faire ce travail-là tout au long de la semaine», affirme Caroline Garand.

Partir plus tôt

Selon la porte-parole du service de police, ce retour à l’école est géré de la même façon que la rentrée scolaire en septembre. Une «vigie» sera ainsi exercée, dit-elle, le temps que les automobilistes retrouvent leurs habitudes de conduite et que les enfants soient à l’écoute des consignes.

«Nos équipes vont être en place le temps nécessaire», assure Mme Garand.

Le maire Bonin incite par ailleurs les automobilistes à prévoir l’augmentation de la circulation que générera la réouverture des écoles en partant plus tôt. «On est moins habitués au brouhaha et au rythme qu’on avait. (...) Le slogan de Prudence, patience, respect s’applique. Je demande à la population de ne pas partir à la dernière minute. On le sait que ça va être plus difficile», dit-il.

Selon lui, le but visé demeure de protéger les enfants et de s’assurer que tout se déroule bien.