«Le défi est grand. On a besoin de la patience et de la compréhension de la population parce que ça ne se fait pas toujours très rapidement», dit le président-directeur général du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Stéphane Tremblay.
«Le défi est grand. On a besoin de la patience et de la compréhension de la population parce que ça ne se fait pas toujours très rapidement», dit le président-directeur général du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Stéphane Tremblay.

Un point de service de dépistage ouvrira à Granby à la fin octobre

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Un point de service pour le dépistage de la COVID-19 ouvrira ses portes à Granby à la fin octobre, a confirmé lundi le président-directeur général du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Stéphane Tremblay.

Entre-temps, des mesures ont été apportées au centre de dépistage de Bromont pour éviter les files d’attente à l’extérieur observées au cours des dernières semaines.

«Depuis la semaine dernière, on travaille activement à s’assurer que les files d’attente soient à l’intérieur, d’autant plus que l’automne arrive à grands pas. Des travaux ont été faits dans les espaces physiques de Bromont jeudi et vendredi passés», a souligné M. Tremblay à l’occasion d’un point de presse.

Selon lui, les locaux du 50 rue de Gaspé ont été aménagés différemment, voire agrandis, afin qu’un plus grand nombre de personnes puisse y être accueilli.

Les élus de Granby ont par ailleurs adopté une résolution au début septembre afin que Granby ait aussi un centre de dépistage. «C’est illogique d’envoyer 70 000 personnes dans une ville de 10 000 habitants. Il y a deux villes-centres en Estrie. Ce sont Sherbrooke et Granby », avait souligné le maire de Granby, Pascal Bonin.

Fin octobre

Un «point de service» ouvrira donc à Granby à la fin octobre et un autre à Magog au début novembre, indique Stéphane Tremblay. Cela «va nous permettre de se rapprocher des clientèles pour qui la mobilité ou la voiture est moins accessible et de pouvoir être présent dans certains milieux», fait-il valoir.

Selon lui, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS fait toutefois face à des enjeux de ressources humaines. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles le point de service de Granby n’ouvre pas ses portes avant environ un mois.

«Les choix demeurent relativement difficiles.(...) On a à décider si on ferme des blocs opératoires pour ouvrir un point de service de dépistage. Il y a des gens qui attendent pour une chirurgie pour les bonnes raisons. On est toujours dans cet équilibre-là», relève Stéphane Tremblay.

Le lieu où sera aménagé le point de service de Granby n’a pas encore été précisé. Bromont continuera à agir à titre de centre de dépistage régional. Des équipes mobiles peuvent aussi être déployées, au besoin, dans des milieux.

«Le défi est grand. On a besoin de la patience et de la compréhension de la population parce que ça ne se fait pas toujours très rapidement. Même si le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a ajouté 1400 ressources de septembre 2019 à septembre 2020 sur sa liste d’employés, il nous en manque au-delà de 900 encore. Lorsqu’on ajoute des services, ça amène des défis quotidiens assez importants pour les équipes», note le PDG de l’organisation.