Le ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, François Bonnardel.
Le ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, François Bonnardel.

Un montant de 6,7 millions $ pour les PME de l’Estrie

Les PME de la région de l’Estrie qui subissent les contrecoups de la COVID-19 pourront souffler un peu puisque le gouvernement du Québec débloque 6,7 millions de dollars pour les soutenir.

Le programme «Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises» permet aux entrepreneurs qui ont besoin de liquidités d’accéder à un montant maximal de 50 000 $ pour leurs fonds de roulement. L’aide accordée prendra la forme d’un prêt ou d’une garantie de prêt.

Cette initiative vise à soutenir, pour une période limitée, le fonds de roulement des entreprises admissibles au programme «afin qu’elles soient en mesure de maintenir, de consolider ou de relancer leurs activités», peut-on lire dans un communiqué de presse.

«Notre gouvernement veut aider le plus d’entreprises possible à traverser la crise. C’est pourquoi nos mesures seront réévaluées en continu, en fonction de l’évolution de la situation économique et des besoins des entrepreneurs», dit François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, par voie de communiqué.

Une enveloppe initiale de 150 millions de dollars est mise à la disposition des MRC et territoires équivalents. Les MRC de la région de l’Estrie se partageront 6 781 153 $. Un montant de 40 millions sera octroyé à Montréal, tandis que Québec obtiendra 10 millions de dollars.

Les entreprises de tous les secteurs d’activités — coopératives, organismes sans but lucratif et entreprises d’économie sociale réalisant des activités commerciales — dont la situation financière est précaire en raison de la COVID-19 pourront se prévaloir de cette aide si elles sont admissibles.

D’autres mesures

Les entreprises qui nécessitent des liquidités supérieures à 50 000 $ pour leurs fonds de roulement peuvent déjà accéder au Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (PACTE), lancé par le gouvernement du Québec le 19 mars dernier.

Du même souffle, les Fonds locaux d’investissement (FLI) sont prolongés de deux ans, soit jusqu’au 31 décembre 2022.

Un répit supplémentaire de trois mois est aussi offert aux entrepreneurs pour le remboursement de leurs prêts en capital et intérêts dans le cadre des FLI, ce qui porte donc à six mois la période de répit pour les entreprises.

POUR ÊTRE ADMISSIBLE À L’AIDE D’URGENCE AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, L’ENTREPRISE DOIT:

— être en activité au Québec depuis au moins un an;

— être fermée temporairement, susceptible de fermer ou montrer des signes avant-coureurs de fermeture;

— être dans un contexte de maintien, de consolidation ou de relance de ses activités;

— avoir démontré un lien de cause à effet entre ses problèmes financiers ou opérationnels et la pandémie de la COVID-19.