La fratrie Champoux, composée de Thomas, 10 ans, et de Camille, 9 ans, est unanime : la vie reviendra comme avant.
La fratrie Champoux, composée de Thomas, 10 ans, et de Camille, 9 ans, est unanime : la vie reviendra comme avant.

Un monde un peu plus craintif, mais plus solidaire

Ils sont peut-être jeunes, mais ils comprennent la gravité de la situation. Ils incarnent le futur. Comment les enfants imaginent-ils la vie après la pandémie ?

La fratrie Champoux, composée de Thomas, 10 ans, et de Camille, 9 ans, est unanime : la vie reviendra comme avant.

« J’ai hâte ! Il y aura plus de personnes qui vont se promener et qui vont acheter des choses », confie l’aîné.

« Ça va bien aller parce que les magasins vont rouvrir », renchérit la cadette.

Tous deux ont appris l’importance de bien se laver les mains pendant la crise sanitaire. « Et de ne surtout pas s’approcher des grands-parents ! » lance Camille avec candeur.

Les Lajoie-Tassé croient pour leur part que la vie reprendra son cours normal, mais que les gens seront peut-être plus craintifs à l’idée de sortir de chez eux. « Ils vont peut-être hésiter avant de sortir et voir si c’est vraiment nécessaire », imagine Anaïs, 12 ans.

Éliott Lajoie-Tassé, 10 ans, et sa sœur Anaïs, 12 ans, croient que la vie reprendra son cours normal, mais que les gens seront peut-être plus craintifs à l’idée de sortir de chez eux.

Son frère cadet, Éliott, abonde en ce sens. « Même si le gouvernement permet des événements sportifs, les gens n’oseront peut-être pas y aller aussi nombreux qu’avant. On va encore avoir peur de la maladie. »

Si l’une a hâte de retourner à l’école et l’autre de revoir ses amis, tous deux estiment qu’on sera désormais plus soucieux de notre hygiène et des mesures sanitaires. « On va se rappeler de se laver les mains et de bien cuire notre nourriture », illustre Anaïs.

Chez les adolescents, la pandémie est perçue comme un « avertissement » servi par dame Nature aux humains.

Édouard Laprade, 13 ans, croit qu’au retour à la normale, « les gens feront plus attention à la planète et seront plus solidaires ». Sa grande sœur Victoria, 16 ans, espère que « les gens seront plus consciencieux qu’auparavant ».