La Fin de semaine des courses Tamarack d’Ottawa n’aura pas lieu en 2020 pour la première fois de sa longue et riche histoire.
La Fin de semaine des courses Tamarack d’Ottawa n’aura pas lieu en 2020 pour la première fois de sa longue et riche histoire.

Un lundi noir pour les coureurs à Ottawa

La neige a déjà ralenti une édition du Marathon d’Ottawa Banque Scotia. La chaleur a aussi causé des maux de tête aux coureurs dans la dernière décennie. Mais l’événement international s’était toujours déroulé depuis ses débuts au milieu des années 1970.

La COVID-19 aura toutefois eu raison du marathon, qui n’aura pas lieu pour la première fois de son histoire en mai prochain. L’organisation à but non lucratif «Courez Ottawa» a décidé d’annuler la populaire Fin de semaine des courses Tamarack prévue les 23 et 24 mai prochains.

Six épreuves étaient à l’horaire, dont le marathon. Environ 30 000 participants étaient attendus durant le week-end de courses. Plus de 17 000 personnes s’étaient déjà inscrites.

«Il s’agit d’un lundi très éprouvant, autant pour les coureurs que pour notre organisation», avoue le directeur général de Courez Ottawa, Ian Fraser, durant une entrevue émotive au Droit.

Ses collègues et lui jonglaient avec divers scénarios depuis deux semaines. Ils se sont résignés à annuler et non reporter l’événement.

Le Marathon de Boston, qui devait se dérouler en avril, a été repoussé à l’automne. D’autres rencontres ont été tout simplement annulées ailleurs dans le monde, dont le Marathon de Toronto de même que le Marathon de Rome.

Fraser souligne que déplacer la Fin de semaine des courses de quelques semaines ou quelques mois aurait apporté son lot de complications. «Nous misons beaucoup sur les services municipaux et médicaux pour le bon déroulement de l’événement. Tous ces services sont monopolisés avec raison pour combattre cette pandémie. Et nous ne savons pas pendant combien de temps, souligne-t-il.

«Chaque année, nous devons miser par exemple sur une équipe médicale de 250 personnes. C’est sans compter les 2500 bénévoles dont nous avons besoin.»

Fraser reconnaît qu’il «n’y a pas de solution parfaite». «Nous avons pris une décision qui va assurer la survie de la Fin de semaine des courses», dit-il.

Courez Ottawa rappelle que les inscriptions étaient non remboursables. Et elles vont le demeurer.

«Nous avions utilisé cet argent pour acheter plusieurs choses, dont notamment des médailles et les t-shirts pour l’édition 2020», souligne Fraser.

Ces trousses de course seront remises aux coureurs déjà inscrits. Ces derniers seront aussi invités à prendre part gratuitement à une Fin de semaine des courses «virtuelle» dont les détails doivent être dévoilés prochainement.

L’annulation aura quand même un impact financier important pour l’événement. Ses organisateurs ont décidé d’accorder un rabais de 50 % sur les frais d’inscription de l’édition 2021 à tous les coureurs qui s’étaient engagés pour les épreuves de mai prochain.

De plus, la Fin de semaine des courses maintiendra sa plateforme de collecte de fonds pour les participants de ces courses virtuelles. Le Défi caritatif Banque Scotia avait permis d’amasser plusieurs centaines de milliers de dollars au fil des dernières années.

«Nous savons que nous ne pouvons pas plaire à tout le monde avec notre décision prise aujourd’hui. Mais jusqu’ici, la réaction des gens m’a touché. Elle est positive. J’en ai même des larmes, affirme Ian Fraser.

«Les gens comprennent. Nous devons assurer avant tout de la sécurité des participants de même que la survie de l’événement... Nous allons survivre.»