Raphaëlle Martin, 7 ans de Trois-Rivières
Raphaëlle Martin, 7 ans de Trois-Rivières

Un conte de fée... des dents pour Raphaelle, 7 ans  [VIDÉO]

Trois-Rivières — Ça criait fort dans la maison de la petite Raphaëlle Martin, 7 ans, mardi, lorsque le premier ministre François Legault a montré, en plein milieu de son point de presse quotidien, une vidéo d’elle en train de lui poser la question qui brûlait les lèvres de tous les enfants du Québec: «M. Legault, est-ce que la fée des dents va quand même passer même si l’on est en confinement?» 

Ses deux sœurs de 9 et 11 ans n’en revenaient pas en voyant Raphaëlle paraître à la télé en pleine heure de pointe. L’excitation était telle dans la maison, que la famille a eu peine à entendre la réponse du premier ministre. Heureusement qu’il y a la fonction «rejouer» sur la télé.

«Mes dents tombent de plus en plus», confie Raphaëlle au Nouvelliste. Ça a commencé lorsqu’elle avait cinq ans et ce n’est pas encore fini. D’habitude, la fée des dents lui glisse toujours une belle pièce de 2 $ ou un petit mot d’encouragement sous son oreiller en échange de chaque dent perdue.

Depuis quelques jours, une question turlupinait toutefois la jeune Trifluvienne. La fée des dents allait-elle cesser son important travail à cause du confinement? «Ma mère ne le savait pas», explique-t-elle. «Elle a dit: On va demander au premier ministre. Le lendemain, il m’a répondu à la télé», se réjouit l’enfant.

Le premier ministre avait en effet reçu cette fort sympathique question à son bureau de comté, mardi, sous la forme d’une courte vidéo de la part de Raphaëlle.

Au cours de son point de presse où il a diffusé ce petit clip craquant, le premier ministre a indiqué: «Je me suis assuré que la fée des dents va maintenant être sur la liste des services essentiels.»

«Je veux rassurer tous les parents, la fée des dents est immunisée contre le coronavirus», a tenu à préciser M. Legault pour la plus grande joie des enfants de 7 à 77 ans.

Raphaëlle confie qu’elle a trouvé «drôle» de se voir à la télé.

Ses sœurs «n’arrêtaient pas de crier dans la maison», raconte sa mère, Marie-Élaine Normand. «Elles n’en revenaient pas que leur sœur soit à la télévision. C’est là qu’on est allé faire ‘‘pause’’. On a réécouté plusieurs fois. On n’en revenait pas. On a fait tellement le saut. Ça a été vraiment une surprise. On a vraiment réagi très fort. On a mis ça sur pause et on a réécouté parce que ça allait trop vite. Les gens autour se sont mis à nous écrire pour nous demander si c’était bien Raphaëlle. Ça a été un beau moment», raconte Mme Normand.

Raphaelle Martin et ses parents, Frédéric Martin et Marie-Élaine Normand.

Raphaëlle confie qu’elle n’en était pas à sa première intervention auprès de célébrités. Lors du dernier spectacle des Trois Accords, au FestiVoix, la fillette avait été déçue que sa chanson préférée, Non, toi raccroche, ne soit pas jouée par le groupe. Sa mère lui avait alors conseillé d’enregistrer une vidéo pour leur demander. «J’ai dit, la prochaine fois que vous allez revenir, pouvez-vous la chanter et ils m’avaient répondu oui», se souvient la fillette qui commence visiblement à prendre goût à ce genre d’intervention.

Forte de ce premier succès, Mme Normand a encouragé se fille à faire la même démarche au sujet de la fée des dents auprès de la plus haute autorité en la matière, dans les circonstances, le premier ministre du Québec. «On a fait le même genre de vidéo, mais on ne pensait pas avoir une réponse comme ça», reconnaît Mme Normand.

À part de s’adresser au premier ministre, Raphaëlle occupe ses journées de confinement en écoutant un peu la télé, en travaillant dans ses cahiers et «quand il fait beau, on va dehors», raconte-t-elle. «On sort soit nos vélos ou nos trottinettes ou on va jouer dans le trampoline», résume-t-elle.

La vidéo dans laquelle le premier ministre présente sa question à la nation restera un souvenir qu’elle entend conserver longtemps. «C’est certain», dit-elle.

Même si la bonne fée des dents fait partie maintenant de la liste des travailleurs et travailleuses jugés essentiels, le premier ministre n’a toutefois pas précisé si cette dernière devra augmenter le nombre de sous qu’elle distribue aux enfants en cette période de crise sanitaire. Rappelons que de nombreuses professions, dans le domaine de la santé, ont reçu des augmentations salariales au cours des derniers jours. Peut-être que les enfants aussi recevront un peu plus d’argent pour leurs petites dents. Qui sait?