Jason Kacprzak a dû fermer la salle à manger du Bistro Kapzak dimanche soir.
Jason Kacprzak a dû fermer la salle à manger du Bistro Kapzak dimanche soir.

Un autre coup dur pour les restaurateurs

Déjà ébranlés par les restrictions annoncées le 15 mars, les restaurateurs doivent maintenant composer avec la fermeture complète de leurs salles à manger. Une nouvelle mesure qui pourrait avoir des effets dévastateurs pour certains propriétaires.

« Mon restaurant est ouvert depuis seulement neuf mois et j’offre des spécialités qui viennent de l’Alsace, qui ne sont pas très connues dans la région. Je n’ai pas eu le temps de développer une clientèle qui me permettrait de fonctionner seulement avec des plats à emporter », a expliqué Freddy Durrenberger, propriétaire du bistro L’Ami Fritz à Bromont.

À LIRE AUSSI: COVID-19: les écoles et les centres commerciaux fermés jusqu’au 1er mai

Locataire du bâtiment qui héberge son restaurant, M. Durrenberger étudiera ses options au cours des prochains jours. Il espère développer une formule qui lui permettra de « survivre aussi longtemps que possible ».

« La suite, c’est un gros point d’interrogation. Tout dépend de la réaction de la clientèle. Il y aura peut-être un élan de solidarité... »

À Granby, Jason Kacprzak n’a eu d’autres choix que de fermer la salle à manger du Bistro Kapzak, dimanche soir.

« C’est une grosse perte financière, une étape très difficile. On doit mettre nos rêves en attentes », a-t-il imagé.

S’il avait déjà décidé de se lancer dans les livraisons et les plats à emporter durant la crise, M. Kacprzak a dû effectuer de douloureuses mises à pied. « On n’avait plus le choix, c’est vraiment triste... »

Les Galeries de Granby paralysées

Dimanche après-midi, le gouvernement québécois a également ordonné la fermeture des centres commerciaux et celle des salons de coiffure et d’esthétique.

Les Galeries de Granby demeureront fermées jusqu’au 1er mai, au plus tôt.

Les magasins alimentaires, les pharmacies et les succursales de la SAQ situés dans des centres d’achat sont épargnés, tout comme les magasins qui profitent d’un accès direct à partir de l’extérieur.

Les Galeries de Granby seront néanmoins paralysées jusqu’au 1er mai, au plus tôt.

« Depuis le début de la pandémie, on a toujours respecté, et même devancé, les directives des autorités gouvernementales. On se préparait en conséquence [à une fermeture] », a commenté Marc Montpetit, directeur général à l’exploitation pour le Groupe Westcliff, propriétaire des Galeries.

« Il est trop tôt pour mesurer les impacts pour nos locataires. La priorité actuelle, c’est la santé de la population, incluant nos commerçants et leurs employés », a-t-il ajouté.

Une représentante de Gestion Sandalwood, qui exploite notamment le Domaine du Parc à Cowansville, a décliné notre demande d’entrevue dimanche.

Ancienne propriétaire d’un salon de coiffure à Granby, Audrey Godin travaille maintenant à partir de la maison.

Puisqu’elle estime que les travailleuses de l’industrie peuvent difficilement appliquer les principes de distanciation sociale, Mme Godin appuie entièrement la décision du gouvernement Legault.

« On a plusieurs clients qui reviennent de vacances. On peut rapidement perdre le contrôle et contaminer des gens », a-t-elle fait valoir.

« Le contexte est difficile pour les travailleurs de tous les secteurs. Tout le monde doit faire sa part. »