Pour le trio derrière l’entreprise familiale, Lisette Morin et ses filles Geneviève et Marilaine Morin, l’initiative était une façon de saisir la balle au bond et de transformer l’adversité en opportunité.
Pour le trio derrière l’entreprise familiale, Lisette Morin et ses filles Geneviève et Marilaine Morin, l’initiative était une façon de saisir la balle au bond et de transformer l’adversité en opportunité.

Un arc-en-ciel près du coeur

L’entreprise Luniforme a trouvé une manière bien originale d’égayer le quotidien du personnel de la santé et des patients pendant la crise de la COVID-19. Lundi, l’atelier-boutique de Granby a lancé des uniformes dotés d’un arc-en-ciel, un clin d’oeil apaisant au mouvement «ça va bien aller».

Pour le trio derrière l’entreprise familiale, Lisette Morin et ses filles Geneviève et Marilaine Morin, l’initiative était une façon de saisir la balle au bond et de transformer l’adversité en opportunité.

«L’idée est venue à la suite de plusieurs appels reçus pour se procurer des uniformes, mentionne Geneviève Morin, directrice des ventes pour la compagnie spécialisée dans les vêtements corporatifs personnalisés. Comme notre principale clientèle est dans le secteur dentaire, qui est présentement mis sur pause, on s’est dit qu’on pourrait adapter notre produit de base — les uniformes— pour soutenir ceux qui travaillent pour nous chaque jour dans le milieu de la santé.»

C’est une couturière qui a mis au point le prototype d’uniforme, communément appelé «scrub», dont la broderie multicolore a été conçue et fabriquée dans l’atelier de la rue Moeller.

«Comme notre production se fait à Granby, on a pu réagir rapidement avec un produit qu’on fabriquait déjà», explique Mme Morin.

Une couturière qui a mis au point le prototype d’uniforme, communément appelé «scrub», dont la broderie multicolore a été conçue et fabriquée dans l’atelier de la rue Moeller.

Demande

Déjà, moins de 24 heures après le lancement officiel de l’uniforme, plusieurs commandes avaient été passées auprès de l’entreprise granbyenne. «On va voir au fur et à mesure pour y répondre», indique Mme Morin, qui y voit une possibilité de ramener certains des quelque 15 employés de l’entreprise ayant été mis à pied.

«Notre équipe est à l’arrêt présentement, mais elle est prête à reprendre du service si ce qu’on fait est reconnu comme essentiel», ajoute l’entrepreneure.

«On essaie de demeurer positifs malgré une situation qui amène la précarité, poursuit-elle. Cet uniforme, c’est un projet qui nous anime et qui nous donne la force de continuer.»

Déjà, moins de 24 heures après le lancement officiel de l’uniforme, plusieurs commandes avaient été passées auprès de l’entreprise granbyenne.