Le président américain Donald Trump en compagnie du vice-président Mike Pence
Le président américain Donald Trump en compagnie du vice-président Mike Pence

Trump impatient de reprendre ses voyages la semaine prochaine

WASHINGTON — Donald Trump a annoncé mercredi qu’il reprendrait la semaine prochaine ses voyages aux États-Unis et qu’il avait hâte de tenir des meetings électoraux «fous» dès que possible.

Le président a dit à des journalistes qu’il se «réjouissait» d’aller «dans l’Arizona» la semaine prochaine, son premier voyage à travers les États-Unis depuis que l’épidémie de coronavirus a mis le pays à l’arrêt.

Son déplacement dans cet État de l’Ouest américain est consacré à la relance du pays dont l’économie a été mise à terre par le coronavirus. Il n’y aura pas de meeting de campagne, «parce qu’il est trop tôt» pour des événements dans des stades pleins, a expliqué le milliardaire républicain depuis la Maison-Blanche.

Mais le septuagénaire, en lice pour un second mandat contre le démocrate Joe Biden, espère tenir de nouveau des rassemblements «dans un futur pas trop lointain».


« J’espère que nous pourrons faire des bons vieux meetings de 25 000 personnes où on fait tous les fous parce qu’on aime notre pays. »
Donald Trump

«J’espère que nous pourrons faire des bons vieux meetings de 25 000 personnes où on fait tous les fous parce qu’on aime notre pays», a-t-il plaidé.

Donald Trump a dit ne pas pouvoir imaginer un rassemblement ou trois quarts des sièges seraient vides.

«Ca ne serait pas très beau à voir», a-t-il assuré.

Il a précisé qu’il se rendrait «très prochainement» dans l’Ohio, un État-clé en vue de la présidentielle de novembre.

Lors d’une réunion avec des responsables de l’industrie américaine, le 45e président des États-Unis a joué la carte de l’optimisme, insistant sur le fait que la première puissance économique mondiale rebondirait rapidement de cette crise.

Il a prédit que la dangerosité du virus s’estomperait de par elle-même et que les États-Unis étaient équipés pour éteindre les «braises» restantes.

«Je veux retourner [à une pleine économie] avec ou sans [vaccin], mais bien sûr nous allons attendre qu’il parte. Il va partir» a assuré M. Trump au sujet du coronavirus.

«Il va partir, il va s’en aller, il va être éradiqué», a-t-il soutenu, sans préciser comment.