La première phase, lancée ce weekend, consiste à l’installation de huit stations sanitaires à des endroits stratégiques à Sutton. Ces stations, soit des toilettes chimiques, sont équipées de lavabos qui permettront de se laver les mains. Sur la photo, le maire de Sutton, Michel Lafrance.
La première phase, lancée ce weekend, consiste à l’installation de huit stations sanitaires à des endroits stratégiques à Sutton. Ces stations, soit des toilettes chimiques, sont équipées de lavabos qui permettront de se laver les mains. Sur la photo, le maire de Sutton, Michel Lafrance.

Sutton se prépare à accueillir les visiteurs

Le Groupe de coordination des mesures d’urgence est prêt à la relance des activités dans la municipalité de Sutton. Le plan de relance, élaboré depuis deux semaines, prévoit plusieurs phases qui s’étendront dans le temps.

Ce plan, axé sur la sécurité des citoyens et des visiteurs, arrive juste à temps pour l’ouverture graduelle des sentiers de randonnée et de vélo de montagne à Sutton.

La première phase, lancée ce weekend, consiste à l’installation de huit stations sanitaires à des endroits stratégiques. Ces stations, soit des toilettes chimiques, sont équipées de lavabos qui permettront de se laver les mains. Ils se trouvent dans certains parcs, à l’hôtel de ville, derrière le bureau de poste et dans le stationnement près de la source d’eau, sur la route 215.

« On en a installé huit à divers endroits et c’est possible qu’on en ajoute d’autres », souligne le directeur général de Sutton, Pierre Largy. Les toilettes seront nettoyées chaque jour par le fournisseur.

Des affiches seront également installées dans les commerces pour indiquer le nombre de clients permis et dans les lieux publics pour rappeler les mesures sanitaires.

La Ville demande également aux gens de porter le masque ou un couvre-visage lorsque la distanciation physique de deux mètres ne peut être respectée.

Lors de la dernière séance du conseil de Sutton, au début du mois, les élus avaient mandaté le maire Michel Lafrance et M. Largy pour siéger sur un nouveau comité qui verrait à la création d’un plan de relance.

«Le comité des mesures d’urgence a mis en place un comité de coordination et un comité d’opération qui inclut différents acteurs de la municipalité, explique Marc-Antoine Fortier, capitaine à la prévention et à la logistique au Service de sécurité incendie de Sutton et Lac-Brome. Le comité de coordination a le mandat de prendre des informations en provenance des différents paliers gouvernementaux, des commerces, des activités spéciales et d’informer les citoyens et les visiteurs. Le comité d’opération a pour mandat de planifier et de présenter les demandes au comité de coordination.»

Tous les acteurs du milieu ont été consultés. Les activités spéciales sont, par exemple, la Fête nationale et la fête du Canada. « Même si le gouvernement a annulé ces activités-là, la ville va être débordée pareil. Il va y avoir beaucoup de monde au village, souligne le directeur du SSI, Don Mireault. Pour la sécurité des citoyens et des visiteurs, nous avons l’obligation d’être prêts pour que les journées se passent bien. »

« Sutton a toujours été une ville accueillante et veut toujours l’être, renchérit le maire. Entre les deux, on veut assurer la sécurité de nos citoyens et on veut partager notre qualité de vie avec nos visiteurs. »

Rue Principale

La prochaine phase visera à s’assurer que les marcheurs, sur la rue Principale, aient un peu plus d’espace de sorte qu’ils pourront plus facilement respecter la distance de deux mètres entre eux et les autres.

« On va voir ce qu’on est capable de faire pour relocaliser les véhicules sur la rue Principale, évoque Me Jonathan Fortier, greffier de la Ville. Cette rue-là est assez serrée, alors on regarde si on est en mesure, par exemple, de changer de place les espaces de stationnement pour donner plus de place pour les piétons. »

L’option, maintes fois demandée par des citoyens, de convertir l’ancien site de la Filtex en stationnement est étudiée. Il pourrait toutefois s’agir d’une solution temporaire, et non permanente.

« Ça ne se fait pas sans coût, alors ce n’est pas idéal, confie Pierre Largy. On regarde l’option attentivement, on évalue quelle grandeur ça nous prendrait, les coûts que ça implique. Le fond de terre n’est pas fait pour accueillir un stationnement. C’est le genre de chose qu’on regarde très sérieusement. »

Différentes mesures de communication seront prises également pour bien informer les gens, visiteurs ou citoyens, et répéter inlassablement les mesures sanitaires dictées par les gouvernements provincial et fédéral.

Ensuite viendra une troisième phase pour une éventuelle ouverture des restaurants et de la frontière. Le tout se fera en harmonie avec les annonces du gouvernement, de même que pour les phases subséquentes.