Québec veut devancer des projets d'infrastructure

Le premier ministre François Legault a annoncé vendredi que des projets d'infrastructure seront devancés dans le secteur public.

Il a fait état de mises à pied dans le secteur de la construction, et affirmé que des projets dans le secteur public pourraient venir amoindrir l'impact de la COVID-19 dans le privé.

«C'est une partie critique de l'économie du Québec qui va pouvoir continuer de fonctionner si on prend les bonnes mesures», a-t-il déclaré en conférence de presse.

M. Legault a fait valoir qu'il y a bon nombre de projets importants en santé, en éducation et dans les transports «qui, de toute façon, vont devoir être faits».

Il a affirmé que le gouvernement allait annoncer dans les prochains jours les projets d'infrastructure qui seront devancés.
«On veut (...) remplacer les projets de construction annulés dans le secteur privé par des projets qui viennent du secteur public.»

Le premier ministre demeure convaincu que le secteur de la construction - qui représente 260 000 emplois au Québec - peut continuer de fonctionner «avec les précautions nécessaires».

Il s'est adressé directement aux employeurs «propriétaires de compagnies de construction» et leur a demandé de déployer tous les efforts nécessaires afin de protéger les travailleurs.

Concrètement, a-t-il dit, il s'agit de leur donner accès à un endroit avec de l'eau et du savon pour qu'ils puissent se laver les mains régulièrement.

Il faut aussi augmenter le nombre de roulottes sur les chantiers, afin que les travailleurs qui prennent leurs repas puissent respecter les consignes de santé publique concernant la distance entre les personnes.

Mais, attention: «Si un travailleur de la construction est malade, bien il reste chez lui, point final», a insisté M. Legault, d'un ton catégorique.