La commission scolaire rouvrira sous peu le pavillon Saint-Benoît, situé rue York à Granby, afin de redémarrer certaines cohortes de préposés aux bénéficiaires et d’employés en hygiène et salubrité.
La commission scolaire rouvrira sous peu le pavillon Saint-Benoît, situé rue York à Granby, afin de redémarrer certaines cohortes de préposés aux bénéficiaires et d’employés en hygiène et salubrité.

Manque de personnel en santé: Val-des-Cerfs rouvrira le pavillon Saint-Benoît

Val-des-Cerfs participe à l’effort pour contrer le manque de préposés aux bénéficiaires et d’employés en hygiène et salubrité.

La commission scolaire de Brome-Missisquoi et de la Haute-Yamaska a obtenu jeudi l’autorisation de rouvrir le pavillon Saint-Benoît, situé rue York à Granby et où se donnent ces cours relevant du Centre régional intégré de formation (CRIF).

Ce bâtiment, qui abritait jadis l’école primaire Saint-Benoît, est fermé depuis le 13 mars comme tous les établissements d’enseignement.

La dérogation obtenue permettra de poursuivre la formation de certaines cohortes «pour fournir la main-d’oeuvre dont la Québec a tellement besoin», indique le directeur général de Val-des-Cerfs, Eric Racine. Elle découle d’une demande formulée par le CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

La réouverture du pavillon se fera au cours des prochains jours. «C’est certain qu’on va appliquer les mesures de distanciation et d’hygiène nécessaires», assure le DG.

Masques

Au cours des dernières semaines, la commission scolaire a également fait don au réseau hospitalier de 330 masques N95 et de 600 habits de protection.

Il s’agissait d’équipements restants du lot acheté il y a une dizaine d’années lorsque la commission scolaire avait entrepris de nettoyer ses bâtiments des traces d’amiante qui perduraient, explique M. Racine.

Val-des-Cerfs redémarrera également d’autres formations, mais à distance. Une récente directive exige qu’elle reprenne, d’ici la fin du mois, l’éducation aux adultes au CRIF, soit les cours visant l’obtention d’un diplôme d’études secondaires ou la formation professionnelle. Du moins pour les portions théoriques.

Une demande qui laisse croire à Éric Racine que la réouverture de toutes les écoles n’est pas imminente. Mais à nouveau, rien n’est sûr.

«Je reçois des nouvelles directives chaque jour, dit-il. C’est du jamais vu en ce moment et le gouvernement fait son gros possible. Tout dépendra de la vitesse de la levée des mesures de confinement.»

Mesures

Plusieurs mesures pourraient être mises en place pour permettre l’accès aux écoles tout en respectant la règle du deux mètres de distance entre chaque élève et employé, dit le DG. Chose certaine «ça va demander beaucoup d’adaptation».

Là-dessus, Val-des-Cerfs peut compter sur des employés polyvalents. M. Racine mentionne, par exemple, qu’une vingtaine de membres du personnel effectue des suivis en soutien à la Direction de la protection de la jeunesse depuis la fermeture des écoles. Sans compter les services de garde d’urgence mis sur pied dans 13 établissements afin de soutenir les travailleurs essentiels.

Et il y a aussi, bien entendu, les enseignants dont «la grande majorité» a pris le temps de bonifier les trousses pédagogiques envoyées aux parents cette semaine.

«Un peu de matériel scolaire est bienvenu pour tout le monde», dit M. Racine.