L’Estrie joint le Défi 28 jours pour contrer la COVID-19. Initié par le CIUSSS de l’Estrie - CHUS, ce mouvement de prévention vise à limiter les contacts sociaux non essentiels en octobre pour réduire les risques de propagation.
L’Estrie joint le Défi 28 jours pour contrer la COVID-19. Initié par le CIUSSS de l’Estrie - CHUS, ce mouvement de prévention vise à limiter les contacts sociaux non essentiels en octobre pour réduire les risques de propagation.

L’Estrie embarque dans le Défi 28 jours pour contrer la COVID-19

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
L’Estrie joint le Défi 28 jours pour contrer la COVID-19. Initié par le CIUSSS de l’Estrie - CHUS, ce mouvement de prévention a su rallier une vingtaine de partenaires des milieux politiques, municipaux et d’enseignement de la région. Leur message commun : au cours des 28 prochains jours, limitons les contacts sociaux non essentiels pour réduire les risques de propagation.

Sur le territoire de La Voix de l’Est, la mobilisation est l’affaire de la commission scolaire Eastern Townships, de la députée caquiste de Brome-Missisquoi, ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine Isabelle Charest, du député de Granby, ministre des Transports et ministre responsable de l’Estrie à la CAQ, François Bonnardel, de la MRC de Brome-Missisquoi et du Collège Mont-Sacré-Cœur de Granby.

À compter de 10h30 ce jeudi 1er octobre, ceux-ci tenteront de convaincre le plus de Québécois possible, via le Web et les réseaux sociaux, de s’abstenir de tenir des rassemblements privés, tout en leur rappelant les mesures sanitaires en vigueur, soit tousser dans son coude, se laver régulièrement les mains, garder la distance de 2 mètres en tout temps, couvrir son visage si la distance de 2 mètres est impossible et limiter ses déplacements.

Tous les partenaires diffuseront également divers messages de prévention et d’information tout au long du mois d’octobre.

Pour le directeur du Collège Mont-Sacré-Coeur, Claude Lacroix, il était tout à fait normal de joindre ce vaste mouvement.

«Ici, il n’y a pas encore de cas. On touche du bois et on veut poursuivre sur cette lancée. Si on peut donner un coup de main à cette sensibilisation générale des élèves et des parents, on va le faire. Si on veut préserver nos acquis, faisons attention. On est enfin en classe et on veut que ça dure!»

Le directeur du Collège Mont-Sacré-Coeur, Claude Lacroix, a accepté que son établissement prenne part au Défi 28 jours.

Isabelle Charest tenait quant à elle à appuyer son gouvernement dans ses efforts pour briser la deuxième vague du coronavirus.

«Je suis fière de m’associer à mon collègue Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux et à l’équipe du CIUSSS de l’Estrie-CHUS pour relever le Défi 28 jours, a-t-elle déclaré. Appliquer les mesures sanitaires de base et respecter les mesures de distanciation sociale sont des actions qui peuvent faire toute la différence pour diminuer la pression sur nos milieux hospitaliers, protéger nos travailleurs de la santé et permettre à nos écoles de rester ouvertes. C’est ensemble qu’on va réussir à freiner la propagation du virus.»