La Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures interdit l’accès à ses espaces publics, à ses grands parcs, ses parcs de quartiers, ainsi que l’accès au parc canin près de la rue Liverpool, jusqu’à nouvel ordre.

Les parcs fermés à Saint-Augustin, sous conditions à Lévis et Québec

Après que le gouvernement provincial eut interdit tout rassemblement intérieur ou extérieur, la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures annonce que l’accès à ses espaces publics, à ses grands parcs, ses parcs de quartier, ainsi que l’accès au parc canin près de la rue Liverpool sera interdit jusqu’à nouvel ordre.

«Hier, on avait entre 100 et 200 personnes toute la journée dans chacun des grands parcs [Riverain et des Hauts-Fonds]», explique Sylvain Juneau, maire de la municipalité. Malgré l’étendue de certains parcs qui permettent de garder une bonne distanciation sociale, le maire veut envoyer un message clair aux citoyens pour s’assurer que la consigne gouvernementale soit respectée.

Le maire Juneau met aussi en cause la température des derniers jours qui a rendu certains parcs dangereusement glissants. Il désire éviter des blessures mineures qui engorgeraient le système de santé déjà très occupé par la COVID-19. «On a eu beaucoup de verglas récemment, de la pluie, etc. Et tout a gelé, expose Sylvain Juneau. En temps normal, chacun est responsable de ses jambes et va comme il veut, mais là, actuellement, si quelqu’un se casse une jambe, ce n’est pas drôle.»

Espaces publics

Si la consigne visant les parcs est claire, celle concernant les lieux publics l’est un peu moins. Les rues et les trottoirs ne sont «évidemment» pas visés par ce décret municipal, précise Sylvain Juneau. Par «espaces publics», le maire a plutôt en tête tous les endroits extérieurs dont on peut difficilement restreindre l’accès et qui permettraient à des gens de se rassembler, malgré la consigne du gouvernement provincial. «Je ne voudrais pas, par exemple, que des jeunes se disent : “Bon, on ne peut plus aller au parc, donc on va aller dans le stationnement pour jouer au hockey.” C’est difficile fermer un stationnement», explique le maire.

Sylvain Juneau reconnait que la Ville n’a pas les effectifs pour contraindre ses citoyens à respecter l’entièreté de cette mesure municipale. «L’idée, c’est d’être préventif, soutient le maire. On compte sur la bonne volonté des gens. C’est sûr qu’il y aura des récalcitrants, mais nécessairement, il y en aura moins que si on ne dit rien.»

Lévis et Québec

De son côté, la Ville de Lévis a décidé de laisser ses parcs ouverts, mais «demande aux usagers des parcs de ne pas sortir en groupe», informe la direction des communications de cette municipalité.

Des policiers de Lévis ont été mandatés pour patrouiller dans les parcs de la municipalité afin de faire respecter cette mesure préventive qui a pour but de contrer la propagation de la COVID-19.

Dans la foulée, la Ville de Québec a informé sa population que ses parcs publics demeurent ouverts et accessibles. Elle rappelle toutefois «qu’une distance minimale de deux mètres doit être maintenue en tout temps» en plus d’éviter les rassemblements.

«Nous maintenons les parcs extérieurs ouverts pour l’instant afin de permettre aux citoyens de Québec qui le peuvent de profiter du plein air dans cette période difficile, a déclaré le maire de Québec, Régis Labeaume. Notre décision sera jumelée à des gestes accrus de sensibilisation. Je rappelle qu’en tout temps, les normes de distanciation sociale énoncées par le gouvernement du Québec doivent être suivies. Nous restons à l’écoute des directives de la Santé publique.»

La Ville réitére le maintien des services municipaux tels «les collectes des matières résiduelles, l’accès à l’eau potable, le déneigement et les services d’urgence», précise Rose-Marie Ayotte, conseillère en communication pour la Ville de Québec.