Les équipes dentaires sont à pied d’œuvre en vue de leur réouverture prévue le 1er juin.
Les équipes dentaires sont à pied d’œuvre en vue de leur réouverture prévue le 1er juin.

Les dentistes s’activent pour leur réouverture

Votre prochain rendez-vous chez le dentiste sera bien différent des précédents. Plusieurs mesures seront mises de l’avant pour assurer la sécurité des équipes dentaires et des patients dès la réouverture prévue le 1er juin.

Les milliers de dentistes du Québec ont reçu il y a quelques jours leur protocole de retour au travail. Un document de près de 60 pages qui contient plusieurs obligations et recommandations pour éviter la propagation du virus, signé entre autres par l’Ordre des dentistes, l’Institut national de santé publique du Québec, l’Association des chirurgiens dentistes du Québec (ACDQ), la CNESST et le ministère de la Santé.

Tout d’abord, plusieurs cliniques devront se passer de leur salle d’attente pour un bon moment si elles ne peuvent appliquer la règle du deux mètres faute d’espace. Les patients seront plutôt invités à attendre à l’extérieur ou dans leur voiture un appel de la secrétaire avant de pouvoir rentrer dans la clinique et d’aller directement dans la salle de traitement.

Les déplacements devront se faire masqués pour les patients comme pour le personnel et lorsque c’est possible, le protocole recommande de créer un « parcours » dans le centre dentaire pour contrôler les déplacements et éviter les rencontres dans les corridors.

Finalement, excepté pour les enfants, les accompagnateurs ne seront pas acceptés dans les cliniques et les personnes présentant des symptômes du coronavirus devront se présenter dans des centres dentaires désignés COVID-19 depuis le début de la pandémie.

Des milliers de rendez-vous à reprendre

Depuis maintenant 10 semaines les rendez-vous annulés et les urgences s’accumulent dans l’horaire des dentistes.

Par exemple à la clinique du Dr Carl Tremblay, président de l’Association des chirurgiens dentistes du Québec, on traite entre 80 et 100 patients par jour.

Plusieurs mois seront donc nécessaires pour arriver à reprendre le retard causé par le confinement.

Les problèmes d’approvisionnement dans le matériel de protection pourraient toutefois nuire à la reprise des activités.

« Il y a un réel problème d’approvisionnement pour l’équipement de protection que l’on doit avoir en quantité suffisante pour accueillir nos patients, que ce soit au niveau des masques que de nouvelles choses que l’on doit se procurer. Je vous donne l’exemple des blouses lavables à manches longues que les équipes vont devoir porter pour plusieurs traitements. Le système hospitalier en a acheté énormément lorsqu’il n’était plus possible de trouver des blouses jetables et maintenant rajouter quelque 3000 cliniques qui veulent s’en procurer », illustre le Dr Tremblay.

Le nombre de patients traités par jour risque également de diminuer pendant les premières semaines.

« Il y a une certaine lourdeur à appliquer toutes les mesures qu’on a mises en place et ça risque de nous demander plus de temps entre chaque patient », confirme le président de l’ACDQ.

Importants investissements

Installer des plexiglas au secrétariat, optimiser la ventilation des cliniques, équiper tout le personnel en équipement de protection supplémentaire… La réouverture des centres dentaires nécessite d’importants investissements pour les dentistes propriétaires.

Dr Tremblay évalue déjà à près de 20 000 $ les sommes investies dans sa clinique en vue de la réouverture.

Dans les plus vieilles cliniques, la mise à niveau de la ventilation peut amener des investissements de l’ordre de plusieurs milliers de dollars. Les patients doivent-ils s’attendre à une augmentation du prix des traitements?

« Ce n’est pas ce que nous souhaitons. Nous sommes en négociation avec le gouvernement afin d’avoir un soutien de leur part pour maintenir la hausse de prix à un niveau raisonnable », révèle le Dr Tremblay.