Les anciens combattants invalides réclament l'indulgence d'Ottawa 

OTTAWA - L’une des plus importantes organisations d’anciens combattants exhorte le gouvernement fédéral à approuver automatiquement les quelque 44 000 demandes toujours en suspens de prestations d’invalidité, afin d’aider ces vétérans déjà éprouvés à traverser la pandémie.

Le Conseil national des associations d’anciens combattants, qui représente plus de 60 organisations de vétérans au pays, rappelle que cette pandémie fait payer un lourd tribut aux anciens combattants qui sont déjà aux prises avec des blessures physiques ou des problèmes de santé mentale.

Anciens Combattants Canada affirme que les fonctionnaires continuent de traiter les demandes, en télétravail à la maison, et qu’il n’y a pas de plans immédiats pour approuver automatiquement les demandes afin d’éliminer l’arriéré. Le ministère soulignait récemment que plus de 18 000 des 44 000 demandes en attente étaient «incomplètes».

De nombreux anciens combattants attendaient déjà des années avant d’obtenir du soutien - même avant la COVID-19. Mais la crise actuelle n’arrange pas les choses, a déploré le président du Conseil national, Brian Forbes, qui est également directeur des Amputés de guerre du Canada et membre du comité consultatif sur les politiques auprès du ministre des Anciens Combattants, Lawrence MacAulay. «Vous avez la tempête parfaite: les choses ne se font tout simplement plus.»

M. Forbes cite par exemple le fait que certains anciens combattants doivent être évalués par un médecin avant que leur demande soit traitée. Or, ces temps-ci, de nombreux médecins ne voient plus leurs patients en personne, sauf dans des circonstances exceptionnelles.

Le gouvernement fédéral subit depuis longtemps des pressions pour approuver automatiquement les demandes de prestations d’invalidité pour les anciens combattants, quitte à effectuer plus tard des vérifications sur leur admissibilité. Par ailleurs, les taux d’approbation sont extrêmement élevés pour la plupart des catégories d’invalidité, y compris le trouble de stress post-traumatique.

M. Forbes trouve illogique que les anciens combattants doivent encore attendre des mois alors que le gouvernement débloque des dizaines de milliards de dollars pour aider les Canadiens et les entreprises - dont une grande partie devrait être versée rapidement puis vérifiée plus tard.

Anciens Combattants répond qu’au cours de la semaine dernière, plus de fonctionnaires affectés aux demandes de prestations d’invalidité ont poursuivi leur travail à domicile. «Nous encourageons les fonctionnaires à travailler plus efficacement, en utilisant les preuves disponibles pour prendre la décision le plus rapidement possible», a aussi indiqué dans un courriel le porte-parole du ministère, Josh Bueckert.

Par ailleurs, de nombreux anciens combattants souffrant de blessures physiques ne peuvent plus obtenir de physiothérapie ou de réadaptation à cause des mesures de distanciation sociale. Et les directives de confinement vont à l’encontre d’un message clé répété aux vétérans qui souffrent de stress post-traumatique ou d’autres problèmes de santé mentale: ne vous isolez pas.